› International

Congo Brazzaville: L’élection présidentielle se déroule ce dimanche 12 juillet 2009

13 candidats dont le président Sassou Nguesso, sont en lice pour ce scrutin

Ils sont près de 3 millions et démie d’électeurs appélés à choisir le successeur de l’actuel président Denis Sassou N’Guesso Le code électoral stipule que c’est le 10 juillet à minuit que s’achèvera la campagne électorale entamée le 26 juin 2009 pour le premier tour de cette élection présidentielle Congolaise. A brazzaville la capitale, tout comme dans les autres régions du pays, les candidats à la course sont en train de boucler leurs derniers meetings dont l’objectif majeur est de présenter à l’électorat leur programme de société et autres plans d’action une fois au pouvoir. Le candidat sortant le président Denis Sassou N’Guesso, candidat à sa propre succession, qui se présente sous les couleurs du Rassemblement pour la majorité présidentielle (RMP), pour un nouveau mandat de sept ans,selon la consdtitution congolaise ,sera alors à son dernier mandat si celui-ci venait à gagner la présidentielle de dimanche prochain.A l’occasion d’un grand meeting de clôture à Brazzaville, il a tenu à rappeller aux électeurs les raisons pour lesquelles le peuple devait encore lui accorder les suffrages.

André Ondelé, chargé de la communication du président Sassou, estime que le candidat sortant est le seul à avoir fait le tour du pays dans le cadre de sa campagne électorale entamée depuis le 27 juin 2009. A cet effet il a été accueilli partout par d’impressionnantes marées humaines qui lui ont garantit une victoire écrasante.Car il prone la paix au congo. Après l’invalidation par la Cour constitutionnelle des candidatures issues par exemple de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads) de l’ancien président Pascal Lissouba qui a dirigé le Congo de 1992 à 1997, les observateurs affirment que le principal challenger de Denis Sassou N’Guesso est sans nul doute Mathias Dzon, ancien ministre des Finances de 1997 à 2002, candidat de l’Alliance pour la République et la démocratie qui regroupe dix formations de l’opposition, dont l’Union patriotique pour le renouveau national (UPRN) sa propre formation politique.

Il s’impose plus que jamais comme le principal prétendant du Front uni des partis d’opposition. Il n’hésite pas à dénoncer les imperfections du fichier électoral et a même demandé le report du scrutin présidentiel du 12 juillet 2009, pour se donner le temps de mettre en place les conditions qui permettront d’aller à une élection apaisée, transparente et équitable .C’est ce vendredi 10 juilet 2009,qu’il devait organiser un grand meeting à Brazzaville.Rencontre à laquelle était conviées toutes les autres formations politiques de l’opposition.Le candidat Denis Sassou Nguesso devra également affronter entre autres candidats, Anguios Nganguia-Engambe, Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou, Ernest Bonaventure Mizidi Bovoueza, Jean François Tchibinda Kouangou Michel Marion Ehouango Madzimba, tous des candidats indépendants, et Nicéphore Fylla Saint Eudes du Parti républicain et libéral (PRL), Clément Mierassa de l’Alliance pour la République et la démocratie (ARD) , Guy Romain Kinfoussia de l’Union pour la République et la démocratie ( UDR-Mwinda).

Il faut rappeler que le Congo accède à l’indépendance en 1960.Son tout premier président l’abbé Fulbert Youlou a été rennversé en 1963 et Alphonse Massamba-Debat prendra le pouvoir.En 1968 il est victime d’un coup d’état orchestré par un groupe d’officiers qui installent Marien Ngouabi au pouvoir.En 1977 le président Marien Ngouabi est assassiné dans des circonstances troubles.Yombi Opango devient président de la république jusqu’en 1979 quand Denis Sassou Nguesso s’empare du pouvoir. Un pouvoir que l’opposition Congolaise recherche désespérement depuis plusieurs années.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut