› Eco et Business

Conjoncture: La CEMAC en crise. financière

L’institution communautaire est au bord du gouffre, à cause des Etats membres jamais à jour avec le versement de la Taxe communautaire d’intégration (Tci)

La Guinée Equatoriale et la RCA n’ont pas versé leur quotte part au titre de la Tci dans les caisses de la Commission de la Cémac en cette année 2014. Les derniers pointages de la Commission, en date du 31 juillet 2013, sont assez clairs sur la situation des reversements de cette taxe de financement autonome de la Communauté. Selon des chiffres de la Commission déjà révélés dans les colonnes de ce journal, les dettes cumulées des Etats – membres s’élèvent actuellement à plus de 100 milliards de Fcfa. D’où le très faible niveau d’exécution du budget 2013 par la Commission de la Cémac. A peine 15% du budget 2013 de la Cémac est réalisé. On peut aisément imaginer l’incapacité de la Commission à honorer ses multiples engagements avec des caisses vides. Tensions de trésorerie. Cessation de paiement. Banqueroute ou faillite. Chacun y va de son analyse ou de son commentaire. De toutes les façons, le malaise est profond. La crise financière est là. Le retour à la budgétisation des fonds extérieurs (attendus des partenariats annoncés) peut-il inverser l’ordre actuel des choses à la Commission ? Le budget 2014 de la Cémac estime des ressources extraordinaires (subventions des partenaires au développement) à hauteur de 46,9 milliards de Fcfa, plus le Fonds Spécial d’Intégration estimé à
3,7 milliards de francs CFA affecté au Fonds pour le développement communautaire – FODEC. Soit environ 50% des recettes budgétaire de la Cémac en 2014.

Les observateurs avertis trouvent curieux cette politique de la main (trop) tendue de la Cémac en direction de ses partenaires extérieurs. [I L’institution communautaire risque ne plus avoir les coudées totalement franche dans la conduite de ses affaires, car qui tient les cordons de la bourse commande,] indique un spécialiste dans le management des organisations. A l’évidence, seule une volonté politique agissante au niveau des chefs d’Etat permettra à la Commission de la Cémac de sortir la tête de l’eau. En effet, seules des décisions politiques fortes permettront la collecte et le reversement effectif – dans lescaisses de la Commission – des ressources budgétaires ordinaires, en l’occurrence la Tci estimées à 49 milliards de francs CFA. Ce qui correspond à 49,3 % des ressources du budget 2014 de la Cémac. Comparativement à l’année 2013, les prévisions de ressources de la Tci sont légèrement en hausse de 8,2%. Bon à rappeler: le budget de la Communauté, Exercice 2014, est arrêté en recettes et en dépenses à la somme de 99,2 milliards Fcfa.


nerrati.net)/n
À LA UNE
Retour en haut