Politique › Partis politiques

Cameroun: début d’examen des requêtes du SDF pour l’annulation totale des législatives partielles du 22 mars

© lartisan-costumier.com

Les travaux démarrent au Conseil constitutionnel ce 02 avril. Les requêtes concernent 11 circonscriptions électorales des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest

 

Le Conseil constitutionnel du Cameroun démarre ce 02 avril l’examen de 12 requêtes introduites par le Social Democratic Front (SDF) en rapport avec les élections législatives partielles du 22 mars 2020.

Les requêtes portent sur l’annulation totale du scrutin dans les 11 circonscriptions électorales qui devraient permettre de connaître les titulaires des 13 derniers sièges de députés à l’Assemblée nationale. 

Ces requêtes sont adressées contre l’organe en charge des élections (Elecam), le parti au pouvoir (RDPC) et le ministère de l’Administration territoriale (Minat) au Sud-Ouest dans la circonscription du Lebialem; et au Nord-Ouest dans les circonscriptions de Bui-Sud, Bui-Ouest, Menchum-Sud, Bui-Centre, Mezam-Centre, Mezam-Sud, Menchum-Nord, Momo-Est, Momo-Ouest. Une autre requête, formulée par le SDF, concerne le Bloc pour la reconstruction et l’indépendance économique du Cameroun (Bric), cité avec Elecam, le RDPC et le Minat dans la circonscription de Mezam-Nord, région du Nord-Ouest.

La chambre basse du Parlement a déjà 167 députés sur un effectif total attendu de 180. Les circonscriptions électorales concernées par les élections législatives partielles du 22 mars doivent permettre de désigner les titulaires des 13 derniers sièges de députés à l’Assemblée nationale. 

Le SDF – parti politique de l’opposition – a vu son nombre de députés passer de 18 (résultats des élections législatives de 2013) à 05 lors des législatives du 09 février 2020.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé