Société › Société

Conseil de l’OACI: Le Cameroun réélu pour le triennat 2014-2016

Le pays a conservé son siège de représentant de l’Afrique centrale au sein de cette instance à la suite de l’élection qui a eu lieu mardi ce 02 octobre

149 voix sur 176 votants. C’est avec ce score honorable que le Cameroun a été réélu au Conseil de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI). Avec cette victoire, Englebert ZOA ETUNDI, représentant permanent du Cameroun à l’OACI depuis 2008, pourra les trois prochaines années continuer à représenter les 10 pays de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) au sein du Conseil de l’OACI, cette instance qui définie la politique et les orientations mondiales de l’aviation civile. Ce succès diplomatique renforce également le leadership du Cameroun en matière d’aviation civile en Afrique centrale.

Il faut néanmoins relever que l’élection de notre pays a été tout, sauf un scrutin remporté à l’avance. 14 pays étaient en course dans la partie 3 pour 13 places réservée aux Etats ayant une représentation géographique au Conseil de l’OACI. Au final, carton plein pour l’Afrique dont les cinq candidats constitués du Cameroun, du Burkina Faso, de la Libye, du Kenya et la Tanzanie ont été élus. Ces pays en plus de l’Egypte, du Nigeria et de l’Afrique du Sud élus le 28 septembre dans la partie II consacrée aux pays qui assurent la plus grande contribution à la fourniture d’installations et services de navigation aérienne à l’aviation civile internationale, portent à 8 sur 36, le nombre d’Etats africains présents au Conseil de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale.

Un africain président du Conseil de l’OACI
Au-delà de cette bonne présence de l’Afrique au sein de la plus grande instance de l’aviation civile internationale, le triennat 2014-2016, sera celui du continent africain. A la suite des élections des 36 membres du Conseil de l’OACI, le 14 novembre prochain, ces représentants des pays qui sont à l’avant-garde de l’aviation civile mondiale, procèderont à l’élection d’un nouveau président du Conseil. Un seul pays est candidat à la succession du Mexicain Roberto Kobeh González élu Président pour la première fois le 1er août 2006 et réélu le 19 novembre 2007 et à nouveau le 15 novembre 2010 pour un second mandat de trois ans. Il s’agit du Nigérian Bernard Aliu, représentant de son pays au Conseil depuis le 1er janvier 2005.

Défis
Depuis l’adoption de la Convention de Chicago le 07 décembre 1944 consacrant la création de l’OACI, ce sera la première fois en 70 ans, qu’un africain présidera le Conseil de cette institution. Du coup les défis à relever sont énormes. Il s’agira dans le domaine du transport aérien d’accélérer la mise en uvre de la Convention de Yamoussoukro sur la libéralisation du transport aérien signée depuis 1999, mais qui n’a véritablement pas ouvert le ciel africain. A ce jour, la plupart des Etats africains sont réticents à l’ouverture de leur ciel à la concurrence et comme conséquence directe, l’Afrique ne possède que 3% du transport aérien mondial.

Dans le domaine de la sécurité de l’aviation civile, le prochain président du Conseil de l’OACI devra uvrer pour une approche régionale de la sécurité aérienne à travers la mise en place des structures régionales de supervision de la sécurité. Cela permettra à l’Afrique qui n’a que 40% du taux de mise en uvre des mesures de sécurité aérienne contre 60% au niveau mondial, de renverser la tendance et avoir moins d’accidents et incidents d’aviation.

Enfin dans le domaine de la sûreté de l’aviation civile, l’Afrique devra au cours des prochaines années vibrer en phase avec le reste du monde avec le renforcement des mesures de sûreté avec notamment l’entrée en vigueur du passeport biométrique dans l’ensemble des pays africains avant 2015.


www.journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut