Politique › Institutionnel

Contentieux pré-électoral: Maurice Kamto obtient gain sur le rejet de ses listes

L’ancien ministre démissionnaire du gouvernement de Paul Biya et aujourd’hui président de son parti a obtenu le soutien du Conseil constitutionnel

La fin jeudi 15 août 2013 du contentieux pré-électoral en vue des législatives et municipales du 30 septembre prochain au Cameroun a été marquée par un fait majeur, la décision donnée par la Cour Suprême statuant comme conseil constitutionnel à Elections Cameroon (ELECAM), de recevoir les listes de candidatures rejetés du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) de Maurice Kamto dans certains localités dont celle du Mfoundi qui couvre Yaoundé. Au lendemain de la publication des listes, plusieurs camarades de l’ancien ministre démissionnaire du gouvernement de Paul Biya ont fait savoir que ces listes avaient été refusées par Election’s Cameroon (Elecam), pour dépôt tardif, les listes de cette formation politique ayant soumises peu avant 8 heures jeudi 18 juillet 2013 à la direction générale d`Elecam, soit au-delà des délais légaux. Dans les camps du MRC, on a vite fait d’accuser une logique du deux poids deux mesures, car dans les mêmes conditions, des listes du RDPC ont été réceptionnées et aucune rejetée pour le même motif. Pour contester cette décision d’Elecam, Maurice Kamto expliquait que ses mandataires étaient arrivés a Elecam à 23 heures 45 minutes 15 minutes avant la fin légale du délai, et y avaient trouvé ceux du Rassemblement démocratique du peuple camerounais(RDPC), qui déposaient plus de 10 000 dossiers. Au terme du processus de réception des listes du RDPC, l’agent d’Elecam s’est refusé de recevoir les listes du MRC qui expliquait son retard par des lenteurs au sein des administrations en charge de la validation ou la livraison de certaines pièces du dossier.

La nouvelle a été accueillie différemment au sein de l’opinion. Alors que Maurice Kamto lui-même n’a pas encore donné son opinion, de nombreux journaux traditionnellement contre le régime au pouvoir n’ont pas manqué d’y voir une première victoire de Maurice Kamto sur le régime du RDPC qu’on assimile généralement à ELECAM et dont de nombreux membres du conseil électoral sont d’anciens membres. Dans la presse officielle proche du régime au pouvoir (Cameroon Tribune), l’information, est donnée différemment et on y parle d’un repêchage du MRC. Une divergence d’opinion qui se trouve plus éclairée par l’analyse faite par un forumiste d’un groupe internet de discussion sur la politique Camerounaise, Cameroon Politics. Selon lui, le rejet des listes MRC n’a jamais été un problème de droit. Les listes MRC ont été victimes de stratégie politique d’une part et de carriérisme d’autre part. Dans le carriérisme, il voit le fait qu’un Agent d’ Elecam a cru bon d’agir de la sorte à l’encontre du MRC, avec l’espoir de recevoir une reconnaissance dans la grande main politique contrôlé au Cameroun par Paul Biya et son régime. D’un point de vue stratégique, le forumiste pense qu’il n’est pas à exclure que cette situation fasse partie d’une stratégie visant à légitimer des élections qui sont déjà gagné d’avance par le RDPC, on laisse croire que la justice était indépendante et transparente. 74 requêtes soumises à l’appréciation de la Haute juridiction, plus de 60 portaient sur le non-respect de l`approche genre et la non prise en compte de toutes les composantes sociologiques. Le Conseil Constitutionnel n’a pas eu de mal a rejeter une grande partie, portant sur des problèmes internes de partis politiques, où alors sur des questions très flous dans la loi comme celles de l’aspect genre.

Maurice kamto, président national du MRC
cameroonvoice.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut