Société › Société

Contribution de l’information documentaire à l’émergence de l’Afrique

Le sujet est au centre d’un colloque ouvert jeudi à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication, sous la présidence du Minesup, représentant du PM

Le ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup), le Pr. Jacques Fame Ndongo, en qualité de représentant du Premier ministre (PM), chef du gouvernement, a présidé jeudi, 03 décembre 2015, l’ouverture du colloque international sur l’information documentaire. La rencontre se tient au campus de l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication (Esstic) à Yaoundé, capitale camerounaise.

Placé sous le thème : « La formation, recherche, appui au développement : les sciences et métiers de l’information documentaire face au défi de l’émergence de l’Afrique », ce forum vise à mieux cerner l’importance et les enjeux des sciences et techniques de l’information documentaire et les métiers qui en découlent pour l’émergence des pays africains. D’autant plus que, d’après le directeur de l’Esstic, le Pr. Laurent Charles Boyomo Assala, l’information documentaire (archives, bibliothèque, documentation) est au c ur des informations contemporaines.

Il s’agit donc, pour les participants à ce colloque, représentants des pays étrangers, de mieux comprendre les mécanismes de l’information documentaire à travers la demande et l’offre d’informations des agents économiques, sociaux et culturels à moyen et long termes. « Si on considère que l’émergence est une meilleure structuration des activités et un meilleur arrimage de la société aux nouveaux besoins et aux technologies de l’information de la communication, on peut estimer que l’information documentaire y participe dans la traçabilité et la transparence qu’elle impose au niveau de la gestion de ces documents que cela concerne l’administration, les entreprises ou le social », a expliqué le directeur de l’Esstic.

Pour le Minesup, les biens que nous produisons, les écrits publics, les données démographiques et administratives doivent être traités de manière à être réutilisés à bon escient. « Tout cela a fait émerger au c ur du document et grâce aux technologies de l’information et de la communication un grand nombre de métiers et de profession qui sont aujourd’hui sources d’emplois pour les jeunes et participent au développement des sociétés », a indiqué le Pr. Jacques Fame Ndongo.

Les assises s’achèvent ce vendredi, 04 décembre 2015.

Photo de famille à l’ouverture du colloque à l’Esstic, jeudi 03 décembre 2015.
Droits réservés)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut