Politique › Institutionnel

Convention: Maurice Kamto à la tête du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun

L’ancien ministre a été désigné à la présidence du parti où on le présentait jusqu’ici comme un simple membre

Maurice Kamto a finalement été porté à la présidence du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) dans la nuit de vendredi à samedi dernier. Les travaux de la convention initialement prévus pour débuter le samedi 29 septembre, ont commencé plutôt le vendredi. Il reste difficile de comprendre ce qui s’est passé mais ce sera finalement dans un quartier périphérique de Yaoundé la capitale du pays, que s’est tenue la convention de ce nouveau parti. Au cours d’une conférence de presse, monsieur Kamto a dévoilé les valeurs sur lesquelles allait reposer sa stratégie politique. Il propose un changement dans « la paix » et le « respect des institutions et des autorités ». « Allez dérouler aux camerounais nos propositions dans le respect des institutions et des autorités », a-t-il fait savoir à l’endroit de ses membres. « Pas d’injures » ni de « confrontations » leur a également suggéré Maurice Kamto. A l’endroit du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) au pouvoir, il s’est aussi voulu rassurant. « N’ayez pas peur parce que nous luttons pour la bonne cause. Nous n’allons pas en guerre» a-t-il fait savoir. Le parti se refuse aussi le fait de se voir attribuer la caractéristique d’être un regroupement d’intellectuels. « C’est de la diffamation tout ça, les militants vous l’avez vu sont venus de tout le Cameroun. Nous allons prendre le temps d’aller vers tous les autres membres dans leurs localités », a fait savoir le professeur Alain Fogue un des fondateurs du parti.

Au final, Maurice Kamto a confirmé dans son premier discours de président, un programme politique qui porte sur la réforme des institutions, la définition d’une nouvelle gouvernance économique, la modernisation du service public, la reconstruction des services sociaux de base, la refondation des solidarités, celle des politiques culturelles et sportives et du système éducatif et de la recherche. Le dernier point du programme politique sera relatif à la mise en uvre d’une nouvelle politique de la communication. A moyen terme, le MRC vise les prochaines élections législatives et déjà, entre dans le mouvement des critiques. Son président reproche aux textes qui régissent ces élections le montant élevé des cautions (il en faudra pour 540 millions de FCFA, pour avoir des députés dans l’ensemble du pays) et l’organisation de la biométrie qui ne permet pas la délivrance de carte dans l’immédiat. Un premier couac dans sa communication, car au moment de sa démission, il avait indiqué qu’il ne voulait pas qu’on y voie un désaveu du système électoral. « Cette décision n’est pas et ne saurait en aucune manière être interprétée comme une remise en cause de l’issue de l’élection présidentielle du 09 octobre 2011. à laquelle je n’étais du reste pas candidat », avait-il fait savoir. Au sein de l’opinion, on attend de voir comment ce juriste respecté à l’intérieur et à l’extérieur de son pays va conduire son jeu dans l’opposition. « J’entends continuer, autrement, à apporter ma modeste contribution à l’ uvre d’édification de l’avenir de notre pays, le Cameroun, dans la paix et l’attachement aux valeurs et principes républicains » a fait savoir le professeur Kamto.

Maurice Kamto a été élu président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun
Facebook)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé