Société › Société

Coopération: Des dons d’un hôpital français pour des hôpitaux au Cameroun

Ils sont les fruits de la coopération entre le centre hospitalier d’Alès en France et l’hôpital général de Douala

Aide à la réinsertion contre équipement de seconde main
Le docteur Eugène Belley Priso, directeur de l’Hôpital général de Douala, un des plus gros centre de soin de la capitale économique camerounaise, a été reçu avec des membres de son équipe à la mairie d’Alès, une localité située en France. La rencontre a donné l’occasion à l’hôpital général de Douala, de bénéficier d’un don en équipement hospitalier. Dans les deux camps, on gagne. L’idée est de reconvertir l’équipement médical tout en offrant une possibilité de réinsertion à des jeunes d’Alès en difficultés. Une idée qui est née d’une initiative du collectif Animateurs 30. L’hôpital public d’Ales étant en pleine reconstruction, pour éviter que son équipement (qui doit être entièrement remplacé avant la fin 2010) ne soit abandonné, l’association a proposé son réacheminement vers des hôpitaux camerounais qui pourraient en avoir besoin. Un réacheminement qui sera effectué par six à huit jeunes issus des Zones urbaines sensibles d’Alès et de certaines autres localités environnantes. Une situation qui a semblé tomber à point nommé pour le responsable de l’hôpital camerounais. L’Hôpital général a été construit il y a 22 ans, et il était prévu qu’une partie du matériel soit remplacé prochainement, a indiqué Eugène Belley Priso. Lorsque l’association nous a contacté et nous a fait part de la volonté de la mairie d’Alès d’offrir une opportunité à des jeunes en difficultés, nous avons trouvé l’idée intéressante. En plus de ce chantier pour la réinsertion, les différentes parties ont exprimé le souhait que ce partenariat à terme, donne naissance à des échanges efficaces et pérennes.

Une exigence de contrôle au-delà des bonnes intentions
Nous avons déjà un programme d’échange avec le Centre hospitalier universitaire de Strasbourg. Nous y envoyons chaque année plusieurs stagiaires. Peut-être que la même dynamique pourra se mettre en place avec le Centre hospitalier d’Alès, a fait savoir le docteur Belley Priso. Du côté d’Alès, le député-maire Max Roustan s’est dit très content de la mise en place de ce partenariat. C’est un grand honneur que la ville et l’agglomération d’Alès puissent établir un tel programme avec Douala, la capitale économique du Cameroun a-t-il indiqué. La durée de ce chantier d’insertion est estimée à six mois et débutera dès le mois de février 2011. La rencontre entre les différentes équipes aura été l’occasion pour les deux établissements de santé de mettre en place un partenariat qui portera notamment sur trois points: L’activité de formation pour le personnel hospitalier, la réalisation de missions de soins par les équipes médicales et soignantes du Centre hospitalier Alès-Cévennes à Douala et enfin le conseil et assistance technique du Centre hospitalier d’Alès au service technique du l’hôpital général de Douala. Notre mission est d’apporter du bien en général, conclut François Mourgues, directeur du centre hospitalier d’Alès. Cette collaboration conforte notre vision humaniste et nous rappelle notre devoir de générosité. Satisfaction aussi du côté camerounais. C’est colossal pour nous, chaque opportunité de collaboration nous permettant de renouveler notre équipement est inestimable a déclaré pour sa part le Dr. Eugène Belley Priso.

Photo de famille des équipes camerounaises et françaises



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé