Sport › Football

Cosmos du Mbam: Opération commando pour le maintien en L1

40 ans après la rétrogradation de Bafia Cub, le chef de lieu du département du Mbam et Inoubou revit, grâce à l’équipe de Bombok.

Dans les quartiers populaires de Bafia, à Ndengué, Plateau, Mesansan notamment, l’effervescence autour du match de football Cosmos du Mbam-Douala Athletic Club était particulière, hier 12 février 2014. Au fur et mesure que l’on s’approchait du début du match, toutes les routes convergeaient vers Rimis, le quartier qui abrite le stade municipal de Bafia. « Si Bafia pouvait accueillir les matchs tous les jours, personne ne dira plus que les moto-taximan sont des pauvres », clame un « bendskineur ». Mardi 11 février déjà, à la place des fêtes de Bafia, les commentaires autour de ce match étaient sur toutes les lèvres. Cette rencontre comptant pour la troisième journée de Ligue1 n’a laissé personne indifférent dans cette cité. Notamment le premier magistrat de la ville, Max Abraham Nwatchok, qui a perdu le sommeil depuis quelques jours. Le maire de la ville s’est démené pour remettre le stade de la localité en bon état.

Stade non homologué par la Ligue pro, la saison dernière, Cosmos avait été contraint de recevoir ses adversaires à Yaoundé. Mercredi matin, les agents municipaux, en appui avec la branche locale (une cinquantaine de personnes) du Fonds national de l’emploi, étaient encore à pied d’ uvre pour relooker le stade. Il a fallu construire les vestiaires, niveler le sol, repiquer de nouveaux poteaux, délimiter l’aire de jeu, aménager le parking, passer quelques coup de pinceaux çà et là. Depuis que l’équipe de Bafia Club est descendue en deuxième division en 1974, le chef de lieu du département du Mbam et Inoubou n’a pas connu de match de championnat d’élite. On comprend donc aisément un tel engouement.

Comme en D2, l’an dernier, l’objectif est de prendre un bon départ pour gagner la confiance. Cependant, le déplacement à Yaoundé, pour affronter le Canon, en ouverture de saison, s’annonçait rude. Mais Célestin Bombok a pris sa revanche sur le Kpa Kum 2-0. Il fallait se montrer également à la hauteur, lors de la deuxième journée. Ce que n’a pu faire Cosmos en visite à Bandjoun, où le club a été défait par Fovu, 0-2. Avec la venue à Bafia de Douala Athletic Club, le calendrier de Cosmos de ce début de saison n’est pas de tout repos. Face au neuvième de la saison dernière, le promu, avec le soutient de son public, est venu à bout des visiteurs, 2-1.

Après une mi-temps intense, mais sans but, les locaux ont ouvert la marque à la 63ème minute par Philippe Badaba. Il a suffi d’un crochet court suivi d’une frappe en pivot, pour que l’ancien avant centre des Dauphins plonger l’antre de Bafia en ébullition. Deux minutes plus tard, Peguy Ekoatsio a conclu une action collectivement bien orchestrée. Les supporters de Cosmos sont en extase. Ils seront seulement refroidis pendant le temps additionnel, quand Junior Kemadjo a réduit la marque.

Vibrer

Chassé comme un malpropre de la présidence du Canon par le Comité des sages, en 2011, Bombok s’est reconstruit en achetant un club dans son département d’origine, Cosmos football academy, qu’il a vite fait de baptiser : As Cosmos du Mbam. En deux ans, l’équipe a connu une ascension fulgurante, passant du championnat de la ligue du Centre à la D1. Après une seule saison en deuxième division, l’équipe a accédé à l’élite en terminant troisième de la Mtn Elite Two, avec 40 points, juste derrière le leader, Usm de Loum et Scorpion de Be. Dans sa quête de reconnaissance et de légitimité, Bombok a décidé de continuer avec l’ossature de son équipe, notamment un des hommes clés de la montée, le coach David Pagou.

Il y a néanmoins une pincée de recrues (Gilbert Tela Saah, Oumarou Baba) et une grosse dose de jeunes (Kack Kack, Mataba, Mbassi, Eyebé). As Cosmos du Mbam veut trouver la bonne recette pour s’installer de manière durable en Ligue 1. Pour réussir le maintien et éviter de revenir directement d’où il vient, le club phare du Mbam et Inoubou, avec ce championnat le plus long de l’histoire du football camerounais à 36 journées, sait bien que le chemin sera parsemé d’embûches. Bombok compte sur le soutien des sympathisants, supporters, membres, et surtout de l’élite «mbamoise» pour relever les défis.

Sur le strict plan sportif, le secteur offensif de l’équipe, par exemple, devra se montrer à la hauteur d’une défense qui respire l’expérience et la maturité. David Pagou a bâti une équipe relookée, où les anciens et les jeunes, les expérimentés et les novices, devront apprendre à se côtoyer. De leur entente, de leur aptitude à aller au combat, de la disponibilité des moyens financiers, dépendra l’avenir de Cosmos au sein de l’élite, afin que Bafia et ses environs continuent à vibrer au rythme du football de première division.


237sports.com / Sylvestre Kamga)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut