International › APA

Côte d’Ivoire: 14 produits dont l’igname représentent plus de 90% de la disponibilité alimentaire nationale

Quatorze produits primaires ou dérivés dont l’igname, le riz et le manioc participent en volume pour plus de 90% de la quantité totale des disponibilités alimentaires en Côte d’Ivoire, a appris APA jeudi de source officielle dans la capitale économique ivoirienne.«14 produits primaires participent en volume pour plus de 90% de la quantité totale de disponibilités alimentaires nationales. Quatre produits se distinguent particulièrement avec  des disponibilités de plus de 50kg/personne par an. Il s’agit de l’igname ( 158 kg/pers/an), du manioc (117kg/pers/an), le riz en équivalent blanchi (109kg/pers/an) et les plantains ( 55kg/pers/an)», a indiqué Gabriel Koffi de la direction des statistiques, de la documentation et de l’informatique du ministère ivoirien de l’agriculture et du développement rural dans un atelier de présentation des bilans alimentaires de la Côte d’Ivoire  sur la période 2014-2017 co-organisé avec la Banque africaine de développement ( BAD).

Les disponibilités alimentaires humaines représentent la quantité d’aliments disponibles pour la consommation sur une période donnée, qu’ils soient consommés ou non.

« Dans l’ensemble, il est observé une faible variation des disponibilités alimentaires humaines par produit d’une année à l’autre. Cependant, on note un accroissement relativement important en 2017 du riz (équivalent Paddy) et des poissons pélagiques », a analysé M. Koffi.

Poursuivant, il a fait savoir que les disponibilités calorifiques moyennes par personne par jour sur la période 2014-2017 sont estimées à 2565 kilocalories ( Kcal) avec le minimum de 2548 Kcal en 2014 et le maximum de 2595 kcal en 2017.

«J’invite les structures productrices et pourvoyeuses de données agricoles et alimentaires à plus de collaboration afin de pouvoir disposer de l’ensemble de toutes les données de base nécessaire pour la compilation des bilans alimentaires de la Côte d’Ivoire pour les prochaines années», a encouragé auparavant dans un discours,  Gooré-Bi Kouakou Marcel représentant le ministre ivoirien de l’agriculture et du développement rural.

«La nécessité des statistiques sur les disponibilités alimentaires n’est plus à démontrer. Elles permettent entre autres d’avoir une idée de la disponibilité pour la consommation humaine pour chaque produit» a souligné pour sa part, Louis Kouakou qui s’exprimait au nom de la Banque africaine de développement (BAD).

Le bilan alimentaire est un  cadre statistique/comptable national qui présente un tableau complet des disponibilités et utilisations alimentaires d’un pays au cours d’une période de référence donnée.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé