Opinions › Tribune

Côte d’Ivoire: Après la libération physique, le CRAN plaide pour la suppression des listes noires

Par Guy Samuel NYOUMSI, Vice-président du CRAN

La justice ivoirienne vient d’accorder une liberté provisoire à 14 personnalités détenues depuis la crise post électorale de 2010-2011, qui ont en commun d’être proches de l’ancien Président Laurent GBAGBO.
Parmi ces personnalités figurent le Président du Front Populaire Ivoirien (FPI), M. Pascal Affi N’Guessan, la Présidente des Femmes Patriotes, Mme Bro Grébé Généviève, le fils de l’ancien Président, M. Michel Gbagbo, l’ex-Secrétaire général par intérim du FPI, M. Alphonse Douaty et l’ex-Ministre de la Défense, M. Lida Kouassi… Au lendemain de la grave crise post électorale de 2010-2011 qui avait conduit à l’arrestation de l’ancien président Laurent GBAGBO actuellement détenu par la Cour Pénale Internationale et l’emprisonnement de ses partisans, de nombreuses voix s’étaient élevées et s’élèvent encore, pour demander aux autorités Ivoiriennes en place d’accomplir des gestes en faveur de la paix dans le pays. Cette libération, qui traduit une volonté de rétablir l’équité entre les citoyens de ce pays, rencontre une approbation quasi unanime au sein des opinions africaines et internationales. En effet, les partisans de l’actuel Président, à l’époque impliqués dans le conflit, n’ont jamais été inquiétés jusqu’à ce jour. Pour sa part, le CRAN, Conseil Représentatif des Associations Noires de France, qui oeuvre comme tant d’autres organisations de par le monde au retour de la paix en Côte d’Ivoire, salue cette libération qu’il espère définitive.

Le CRAN souhaite que les autorités Ivoiriennes rassemblent ses citoyens de tous bord en mettant tout en uvre pour permettre à ceux qui sans pourtant avoir été emprisonnés, sont marqués au fer rouge par ces événements et ce en raison de leur position. C’est le cas de Sidiki BAKABA, qui selon certaines sources, fait partie d’une liste noire pour avoir participé à la vie culturelle et sociale de son pays au côté de Laurent GBAGBO. Sidiki BAKABA est acteur, metteur en scène et réalisateur africain de renommée internationale ; il était parfaitement intégré en France où il exerçait son métier artistique. Pour servir son pays, il fait le choix de rentrer en côte d’Ivoire en 2001. Sous la présidence du Président GBAGBO, la RTI, Radio Télévision Ivoirienne, peinait à diffuser ses pièces de théâtre et ses films à la télévision ivoirienne car la Direction de la RTI trouvait Sidiki BAKABA trop médiatisé par une carrière internationale et sa brillante direction du Palais de la Culture d’Abidjan pendant dix ans. En avril 2011, Sidiki BAKABA est blessé par des éclats d’obus devant la résidence présidentielle alors qu’il filmait le début de la Bataille d’Abidjan. A la demande de sa famille française et en tant que franco-ivoirien, il est évacué par un avion sanitaire hors de Côte d’Ivoire. Suite aux événements de Côte d’ivoire, sa maison est occupée, ses biens pillés, ses comptes bloqués, son matériel professionnel de tournage, de montage et de son, détruits, enfin sa maison est réquisitionnée, ce qui rend impossible son retour en Côte d’Ivoire où sa sécurité n’est pas assurée, selon ses propos. Ayant perdu ses biens, sans dédommagement de la Côte d’Ivoire, il ne peut réaliser ses projets.


«Si les autorités ivoiriennes, qui viennent d’amorcer une étape quasi décisive dans la démarche de réconciliation veulent donner des gestes forts», note Guy Samuel NYOUMSI, Vice-président du CRAN «elles gagneraient à ouvrir les vannes de la confiance mutuelle à tous les citoyens ivoiriens y compris aux partisans de l’ancien Président: – Supprimer la liste noire qui, sans raison, fait de ses figurants des prisonniers du passé transitoire du pays. – Dégeler les comptes des proches du président GBAGBO. – Encourager de façon visible le retour sur la scène économique des soutiens du Président GBAGBO, tous des professionnels ayant un rôle à jouer. Favoriser leur réintégration en dédommageant les victimes dépossédées de leurs biens. -Libérer d’autres détenus politiques qui n’ont pas leur place en prison: Simone GBAGBO , Blé GOUDÉ. Tels sont les défis immédiats du régime en place. Car comme on le dit en Diouila : « Djamana den oun! Ko m’bê mbolo di gno ma ben do,ka djmana la wuli, ka ala wo gna fê ». Ce qui signifie : enfants du continent! Donnons-nous la main dans l’entente, remettons le pays sur pied pour le faire avancer, conclut Guy Samuel NYOUMSI.

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut