International › APA

Côte d’Ivoire: des opinions nuancées sur l’omerta de l’avortement

Des acteurs de la société ivoirienne et des praticiens de la médecine jugent le bénéfice de l’avortement sécurisé opportun face au silence gardé sur l’interruption clandestine des grossesses qui, selon eux, fait d’énormes victimes.

Les avortements menées de façon illicite augmentent le nombre de décès infantiles et maternels. Face à ce fait, l’Etat ivoirien envisage comment gérer les grossesses indésirées sous les auspices des professionnels de la santé, pour réduire la mortalité liée à ce fléau. 

Dans ce contexte, des acteurs du secteur de la santé ont été réunis à Yamoussoukro, la capitale politique du pays, il y a deux ans, pour être instruits sur le dispositif légal relatif à la pratique de l’avortement autorisé en Côte d’Ivoire et comment manager cette situation. 

« En réalité, c’est l’objectif principal qui est visé par l’Etat ivoirien », confie le médecin Souleymane Yéo. De ce fait, lorsque la femme « fait le choix, le prestataire de service peut l’accompagner », en lui donnant des conseils afin que la mère et l’enfant soient préservés de tout danger.  

Dès que la femme ou la jeune fille dévoile son sentiment d’avorter, l’agent de santé receuille son avis, renseigne cela dans un document et lui prodigue des conseils en matière de planification et l’opportunité d’un avortement. 

La psychologue ivoirienne, Odile Pohan, déclare sans ambages être favorable à l' »avortement médicalisé » au regard des « conséquences handicapantes » de l’interruption des grossesses non désirées pour la mère et l’enfant.  

Selon Mme Odile Pohan, il faut que l’avortement soit « médicalisé », car « il faut que les gens comprennent qu’aujourd’hui quand quelqu’un ne veut pas d’enfant », il faut l’assister afin de ne pas aller jeter cet enfant non désiré. 

Toutefois, un travail psychologique devrait de prime à bord permettre à la femme ou à la jeune fille d’être écoutée, conseillée et prise en charge. De ce fait, la société s’ouvre à elle afin de ne pas jeter dans la broussaille l’enfant ou avorter.  

Les réflexions menées au sein du corps médical, visent à présenter à la femme les différentes méthodes, notamment la méthode médicamenteuse et chirurgicale. Ensuite, après une prise en charge psychologique et morale, un accompagnement lui est proposé.   

L’avortement, en Côte d’Ivoire, est interdit sauf dans certains cas. Instruits sur les cas de viol et de la santé de la mère gravement menacée, ces acteurs de santé ont été particulièrement outillés sur le reste des techniques et comment réaliser l’avortement sécurisé. 

« Nous, on se met dans la posture du médecin, on essaie d’évaluer le bénéfice et le risque sur une situation donnée », affirme Dr Souleymane Yéo. Toute chose qui sous-entend que l’avortement sécurisé peut être une offre, en cas de nécessité, pour accompagner les femmes.   

La législation, en Côte d’Ivoire, stipule qu’il n’y a pas d’infraction lorsqu’une interruption de la grossesse est nécessitée pour la sauvegarde de la vie de la mère dont le pronostic vital est très engagé.  

Le médecin peut, seulement, procurer l’avortement à une victime de viol à la demande de celle-ci. Dans le cas du viol et du pronostic vital de la mère, le médecin traitant ou le chirurgien doit prendre l’avis de deux médecins consultants. 

Toutefois, cela a lieu après examen. Ceux-ci attestent que la vie de la mère ne peut être sauvegardée qu’au moyen d’une telle intervention chirurgicale, thérapeutique ou que telle était la volonté de la victime de viol, dûment constatée par écrit. 

Si le nombre de médecin résidant au lieu de l’intervention est de deux, le médecin traitant n’est tenu de prendre que l’avis de son confrère. Mais, si le médecin traitant est seul, il atteste sur son honneur que la vie de la mère ne pouvait être sauvegardée que par l’intervention chirurgicale.  

Pour éviter des représailles, plusieurs jeunes filles s’adonnent à l’avortement clandestin. En Côte d’Ivoire, chaque année, entre « 210.000 et 290.000 femmes pratiquent les avortements, parmi lesquelles beaucoup en décèdent ». 

Fidèle Gogoua, une sage-femme, soutient qu’elle est dans la profession médicale pour « donner la vie et non pour ôter la vie ». Elle rapporte qu’un avortement sécurisé peut s’effectuer sans risque jusqu’à trois mois. 

La religion, elle, n’envisage pas l’avortement qu’elle assimile à un crime. Car, l’enfant est déjà conçu dès la survenue de la grossesse. Dans le domaine de la foi, la direction divine inspire la directive, or la médecine se veut une science qui suit des protocoles.  


L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé