International › APA

Côte d’Ivoire : le secteur vivrier contribue à plus de 14% au PIB

Les performances de ce secteur stratégique pour la sécurité alimentaire sont contrariées par les pertes post-récoltes oscillant entre 10% et 40%.Pour trouver des solutions idoines à cette problématique, la GIZ, agence de coopération internationale allemande pour le développement, tient à Abidjan une conférence hybride sur les pertes post-récoltes en vue de réduire les pertes de produits agricoles, le long de la chaîne de valeur.

Lors de la session d’ouverture de cette conférence hybride qui se déroule les 7 et 8 décembre 2022, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du développement rural, Adjoumani Kobenan Kouassi, a appelé à une approche intégrée en vue de permettre à l’agriculture de réaliser pleinement son potentiel.

Selon certaines recherches, dira-t-il, les pertes post-récoltes représentent 37% de la production et sont évaluées à près de 48 milliards de dollars (environ 30.000 milliards F Cfa) à travers la planète. La part des céréales dans ces pertes est de 10 à 20%, soit 4 milliards de dollars (près de 2.500 milliards F Cfa).

Il a fait savoir que « le secteur vivrier en Côte d’Ivoire contribue à 14,7 % de la valeur du PIB et occupe plus de 2,5 millions d’actifs agricoles, dont la majorité sont des femmes ». Les pertes post-récoltes touchent les principales productions alimentaires de base du pays avec des « pertes assez significatives ».

Les pertes post-récoltes sont « de l’ordre de 30 à 40% pour la banane plantain, 10 à 20% pour le manioc, 30 à 40% pour l’igname, environ 10% pour le riz, 20% pour le maïs, 20 à 30% pour les légumes et 40% pour la mangue », a-t-il précisé.

M. Magnus Schmid, coordonnateur du cluster agriculture à GIZ Côte d’Ivoire, a indiqué que cette initiative a pour objectif d’accroître les revenus des petits producteurs agricoles, tout en redynamisant les secteurs agricoles à travers des innovations.

Le projet sur la réduction des pertes post-récoltes vise en outre la transformation des chaînes de valeur du cacao, du manioc et de la banane plantain. Il est placé sous la tutelle du ministère d’Etat, ministère de l’Agriculture et du développement rural de l’Etat de Côte d’Ivoire.

Le coordonnateur du cluster agriculture de la GIZ Côte d’Ivoire, M. Magnus Schmid, a relevé que l’on enregistre dans le pays « plus ou moins 30% de pertes post-récoltes », ajoutant que ces pertes sont évaluées à plusieurs milliards de francs, sans avancer de chiffre.

Pour contribuer à réduire de façon significative les pertes après récolte, la GIZ à travers un portefeuille de huit projets, veut accompagner les petits producteurs à transformer leurs fèves de cacao, et aider les producteurs de manioc à mieux conserver et commercialiser leurs produits.

Le GIZ envisage également d’ouvrir un nouvel incubateur à l’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INPHB) de Yamoussoukro pour former des startups et des étudiants afin de travailler sur les pertes post-récoltes, a-t-il poursuivi.

Quant à Mme Stella Gaetani, chargée de mission pour la coopération économique et le développement à l’ambassade de l’Allemagne en Côte d’Ivoire, elle a fait observer que ce projet devrait permettre de stimuler des « solutions techniques pour la transformation des produits après la récolte ».

Citant la FAO, Mme Gaetani a fait remarquer qu’« à peu près 1,3 milliard de tonnes d’aliments sont toujours perdus au niveau mondial chaque année, alors que le taux de personnes sous et malnutries augmente ».

« En 2021, 820 millions de personnes étaient affamées » or la réduction des pertes post-récoltes constitue un moyen pour surmonter ce problème, a souligné la chargée de mission pour la coopération économique et le développement de l’ambassade de l’Allemagne en Côte d’Ivoire.

Selon M. Adjoumani Kouassi, les pertes post-récoltes peuvent survenir des opérations de récolte, de transport, de conditionnement et de stockage. Au niveau de la récolte, elles sont induites par l’emploi de mauvaises techniques qui endommagent le produit ou le fuit à la cueillette.

Il a relevé que les moyens de stockage des denrées alimentaires sont encore traditionnels et les chaînes de froid sont insuffisantes. Par ailleurs, le mauvais état des routes et l’insuffisance des moyens de transport réduisent l’accès aux marchés et accroissent le retard dans l’écoulement des produits.

Le ministre ivoirien a recommandé la promotion et la vulgarisation des technologies améliorées de conservation traditionnelles, le développement de chambres froides alimentées par des énergies vertes et solaires et encouragé l’implantation d’industries d’emballage pour les productions alimentaires.

Le chef des projets internationaux à la société allemande d’agriculture (DLG) Frederick Tipp a signé une convention avec le Centre d’excellence régional contre la faim et la malnutrition (CERFAM), transférant à ce centre le site web « Innovations pertes post-récoltes » afin de développer des solutions sur cette thématique.

Les résultats de six startups en compétition sur la thématique des pertes post-récoltes ont été dévoilés. Déclarée lauréate, BII Côte d’Ivoire, une structure de lutte contre les gaspillages, les pertes et l’insécurité alimentaire, arrive en tête suivie de Magic Arcad et de Edindia, selon des données du jury.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top