Politique › Institutionnel

Couacs dans l’organisation des cinquantenaires de l’indépendance et de la réunification

Depuis sa mise sur pied, le comité d’organisation a procédé à des choix controversés alors que la date de l’apothéose est proche

Le logo officiel n’est pas celui du vainqueur
Le comité d’organisation de la célébration des cinquantenaires a présenté à nouveau la semaine dernière un visage controversé. Les médias présents lors de la présentation du logo officiel des cinquantenaires ont été très surpris. Le logo du jeune John Shaddaï Akenji tributaire de la troisième place est présenté comme étant le logo officiel du double cinquantenaire. Le comité d’organisation a choisi ne pas communiquer sur le sujet préférant s’attarder sur la signification symbolique du logo choisi. Coté anglophone, la polémique est née chez certaines personnes. D’après les commentaires, des francophones auraient été préférés à un anglophone malgré une qualité supérieure et visible de la production de John Shaddaï. Un argument difficile à défendre. Le jury de sélection du vainqueur était présidé par la ministre Ama Tutu Muna. La question de savoir ce qui s’est passé reste sans réponse. Selon certaines sources proches du comité d’organisation des festivités, le choix du logo aurait été opéré au plus haut niveau. Depuis ce fiasco c’est le silence complet. On ignore à ce jour si les enveloppes remises aux vainqueurs ont été permutées. John Shaddaï l’auteur du logo choisi avait reçu un chèque de un million de FCFA. Le premier lui avait reçu cinq millions de FCFA. A ce jour aucune information n’a été donnée sur la décision finale prise pour la répartition des prix.

Choix du lieu du défilé, un couac de plus
Le premier projet a été de délocaliser la place des fêtes du lieu actuel sur l’avenue poste centrale-Hilton hôtel, vers un autre boulevard à créer au quartier omnisport proche du stade Ahmadou Ahidjo. Une idée attribuée au gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna. Coût total avancé pour les travaux, 9 milliards de FCFA. Un chantier devait être livré en trois mois. Les travaux sont aujourd’hui aux arrêts; selon toujours des sources proches de la présidence, le chef de l’Etat aurait piqué une colère ne partageant pas clairement l’idée d’une délocalisation du lieu du défilé. Derrière, affirment certains commentaires, une grosse histoire d’affairisme. A la communauté urbaine, on se refuse à faire des commentaires sur cette affaire. Les populations victimes du projet au quartier omnisport sont en colère. Au nom de la sécurité présidentielle, de nombreuses constructions ont été détruites partiellement ou totalement. Le projet étant déclaré caduque, les populations s’étonnent de ce qu’un plan de dédommagement ne leur ait pas été proposé. Une source proche de la communauté urbaine a confié que le délégué avait écarté toute responsabilité de sa part, la rejetant sur les autres.

La conférence de Yaoundé dernière chance de réussite
Lors du discours des v ux à la nation, Le chef de l’Etat Paul Biya avait annoncé la tenue de la Conférence de Yaoundé, le 20 mai prochain. Une conférence pour laquelle sont annoncés plus de quinze chefs d’Etats et acteurs majeurs de la politique internationale. En marge de ces festivités, d’éminents universitaires camerounais, africains et d’ailleurs animeront les 18 et 20 mai cette conférence internationale. Une conférence qui serait une chance de réussir un début de festivités marqué par la controverse. Les célébrations vont aussi se poursuivre en 2011, à l’occasion du 50e anniversaire de la réunification qui scelle le rapprochement entre francophones et anglophones.

Logo retenu, mais pas primé comme gagnant
Jean Jacques Ewong)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé