Politique › Institutionnel

Covid-19 : le Cameroun ignore la Cemac, maintient ses frontières fermées

Louis Paul Motaze, ministre camerounais des Finances

Le pays de Paul Biya a  renouvelé ce 1er avril  les mesures de restriction adoptées le 17 mars dernier. Sans pour autant prendre en compte l’une des récentes recommandations de la CEMAC, d’ouvrir les frontières pour favoriser entre autres la libre circulation des biens.

Réunis à Brazzaville au Congo le 28 mars dernier, les ministres des Finances des six pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cemac), se sont préoccupés des incidences économiques et financières du Covid-19 dans la zone. Les ministres des Finances  ont pris des décisions devant y remédier. C’était dans le cadre du Programme des réformes économiques de la Cemac (PREF-CEMAC).

Plusieurs  décisions ont donc été prises à Brazzaville. Notamment, les ministres ont décidé  pour tous les Etats  « de maintenir la libre circulation des marchandises et des personnels de santé indispensables à la lutte contre la pandémie du COVID-19, sous réserve des contrôles sanitaires appropriés. »

Or, au Cameroun, en renouvelant les mesures de restriction pour éviter la propagation de la pandémie, n’a pas tenu compte de cet engagement pris par Louis Paul Motaze, le ministre des Finances.

Cela implique que les frontières ne restent ouvertes que pour la RCA et le Tchad. Tel que le pays l’avait décidé le 18 mars,  lorsqu’il a allégé les  13 mesures prises la veille.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé