› International

CPI: Bosco Ntaganda clame son innocence!

Il est accusé de crime de guerre, crime contre l’humanité, enrôlement des enfants soldat et viol des femmes en RDC et va comparaître ce mardi à la Haye dès 11H00

Le chef rebelle Bosco Ntaganda, soupçonné d’atrocités commises dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) en 2002 et 2003, clma son innocence devant le juge de la CPI où il a comparu ce mardi pour la première fois. L ‘audience et destinée à vérifier son identité et s’assurer qu’il a été informé des crimes qui lui sont imputés. Il est soupçonné de crimes contre l’humanité et crimes de guerre, dont meurtres, viols et pillages, commis par les Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC), dont il était chef d’état-major, dans l’Ituri (Est de la RDC) en 2002 et 2003. Selon le procureur dans un des mandats d’arrêt délivrés contre le lui il a planifié et commandé de nombreuses attaques militaires coordonnées contre les populations Lendu et autre tribus non-Hema dans le but de les exclure du territoire de l’Ituri et de les « éliminer ». Au moins 800 civils ont été tués et plus de 140.000 autres déplacés de la sorte. Des ONG l’accusent aussi de crimes similaires dans la province minière du Nord-Kivu (est de la RDC), où il était présumé diriger dernièrement la rébellion du M23 qui a explosé en deux factions rivales fin février.

Cette comparution intervient après sa reddition surprise une semaine plus tôt. Officiellement, il se trouvait depuis le 18 mars à l’ambassade américaine de Kigali, où, d’après Washington, il s’était présenté « de lui-même » pour demander à être remis à la CPI. Il était ensuite arrivé dans la nuit de vendredi à samedi au centre de détention de la Cour. Cette reddition surprise fait de Bosco Ntaganda, l’un des seigneurs de guerre les plus recherchés de la région des Grands Lacs, le premier suspect de la CPI qui se rend de façon volontaire pour être détenu. Mais cette reddition a également suscité de nombreuses questions, notamment sur la manière dont il a été en mesure de traverser la frontière rwando-congolaise puis rejoindre l’ambassade américaine sans se faire repérer. Né au Rwanda, Bosco Ntaganda a fait ses armes au sein du Front patriotique rwandais (FPR) du président Paul Kagame à l’époque où cette rébellion rwandaise mettait fin au génocide contre les Tutsi au Rwanda en 1994.

Bosco Ntaganda dit être innocent

rtbf.be)/n

À LA UNE
Retour en haut