Opinions › Tribune

CPI: une avocate camerounaise rejoint la défense de Charles Blé Goudé

Par Jean-Marc Soboth

L’équipe de défense du tribun d’Abidjan s’est renforcé d’une nouvelle avocate africaine. Ce jour, mercredi 30 novembre 2016, l’avocate camerounaise Josette Kadji a été présentée à la reprise des audiences de la Cour pénale internationale à La Haye comme nouveau membre de l’équipe de défense de Charles Blé Goudé, 44 ans, ancien ministre ivoirien de la jeunesse, déferré le 22 mars 2014 à La Haye au terme d’un mandat d’arrêt pour soupçons de crimes contre l’humanité à l’élection présidentielle ivoirienne de 2011.

Pointilleux sur les détails de sa défense (comme on le rapporte dans son entourage), Blé Goudé est, jusque-là, assisté par une équipe conduite par le Néerlandais Geert-Jan Knoops Alexander. C’est un pénaliste de renom qui avait émis pour l’administration Obama un avis sur la fermeture de la prison de Guantanamo Bay et qui est une notabilité au Pays-Bas où il avait reçu une distinction des mains de la Reine Beatrix pour sa contribution à la législation pénale.

Les avocats africains de l’équipe de Blé Goudé sont les avocats ivoiriens : Claver N’dri, Serge Gbougnon et Simplice Seri Zokou, auxquels s’ajoute la Camerounaise Josette Kadji.

L’entrée en scène de la Camerounaise consacre, en effet, l’élargissement de l’équipe en un clin d’ il panafricain. On sait que son pays le Cameroun a particulièrement brillé pour son soutien populaire à la cause du président Laurent Gbagbo et, notamment, de son célèbre tribun Blé Goudé, cible de choix des médias et stratèges du colonialisme français.

Avocate au barreau du Cameroun depuis janvier 1985, Maître Kadji a plus de trois décennies de prétoire; elle dirige le Cabinet Kadji et Associés à Douala, capitale économique du pays.

Maître Kadji est agréée à la Cour pénale internationale depuis des années mais a acquis ses lettres de noblesse par ses plaidoiries flamboyantes au Tribunal pénal international pour le Rwanda où elle est « avocate principale » depuis 1997. Entre 2001 et 2015, Maître Kadjia a notamment plaidé dans ce qu’il est convenu d’appeler le plus long procès de l’histoire de la justice pénale internationale, le « Butare Case ».

Brève présentation de Me J. Kadji
Nom : Kadji
Prénom : Josette
Etudes : Maîtrise en droit obtenue à l’Université de Paris I Panthéon Sorbonne 1980

Expérience professionnelle :
* Avocat au Barreau du Cameroun depuis 1982 ;
* Dirige un Cabinet d’Avocats depuis AVRIL 1985 ;
* Particulièrement intéressée au Droit pénal et au Droit humanitaire ;
* Membre des Avocats sans frontière : mission au Rwanda en AVRIL 1997 au cours de laquelle j’ai eu à défendre aussi bien des accusés du crime de génocide, que les victimes des actes génocidaires ;
* Agréée auprès du Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) à Arusha depuis 1997, chargée de la Défense de Sylvain NSABIMANA, ex-Préfet de Butare (Rwanda) en 1994 accusé de génocide, crime contre l’humanité et autres ;
* En charge de ce dossier comme Conseil principal de JUILLET 1997 à Décembre 2015, période durant laquelle j’ai chapeaute une équipe de 05 personnes dont 04 Avocats ;
* Agrée auprès de la Cour Pénale Internationale depuis Décembre 2004 ;
* Membre de l’Association Internationale des Avocats de la Défense (AIAD) dont le siège est à Montréal (Canada)


Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé