Société › Société

Créativité : Il invente « l’Assiagri »

Nke Paul, mécanicien et agriculteur vivant à Obala a récemment présenté un engin mécanique dont il est l’inventeur.

Il a profité de la foire exposition organisée du 7 au 9 Octobre 2008 à Yaoundé pour faire connaître « l’Assiagri ». C’est un engin mécanique sensé faciliter le travail aux agriculteurs. Le terme ‘Assiagri’ lui a été inspiré par deux termes : « assistant » et « agricole ». C’est une machine faite à partir d’un moteur de motocyclette, ce moteur étant un « organe d’entrainement ». « L’assiagri est une machine que j’ai décidé de fabriquer parce que le travail dans nos champs exige beaucoup de force physique. Ce qui est fatigant » fait savoir l’inventeur. Nke Paul a donc conçu cet engin pour assister les agriculteurs dans leurs travaux champêtres. L’Assiagri comporte plusieurs fonctionnalités : défricher, casser les mottes de terre, labourer, semer etc. Fonctionnant à base du carburant, cet engin peut transporter jusqu’à 400 kilogrammes de charges diverses.

L’assiagri est une machine que j’ai décidé de fabriquer parce que le travail dans nos champs exige beaucoup de force physique. Ce qui est fatigant
Nke Paul

S’il a fallu deux mois à M. Nké pour le mettre sur pied, sa fabrication est passée par plusieurs modifications. « Il a fallu par exemple que je place deux roues au lieu d’une car, avec une roue, ça ne fonctionnait pas normalement » explique t-il. Mais les difficultés liées à sa fabrication ont surtout été d’ordre financière. « Pour fabriquer un engin pareil, il faut de l’argent. J’ai dû parfois utiliser l’argent de ration de ma famille pour acheter les machines et autres accessoires mécaniques ». Pour la réaliser, il affirme avoir dépensé « pas moins de 800 000 francs » mais veut la revendre à 400 000 Francs pour « permettre à tous les paysans de s’en procurer ». Nké Paul ne se dit pourtant pas prêt à obtenir un brevet d’invention. « Même pour cela, il faut de l’argent. Si j’ai déjà du mal à fabriquer mes engins, comment ferais-je pour payer de l’argent à l’Oapi ? (Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle, Ndlr).
Nké Paul n’est pas nouveau dans l’univers de la création mécanique. Cet ancien étudiant de l’Union Internationale des Etudes par Correspondance (Unieco), mécanicien de formation et passionné de physique a, à son actif plusieurs créations : une décortiqueuse à café, une « décabosseuse » de Cacao, un moulin à écraser, une concasseuse à palmistes, un PULVAR (pulvérisateur arroseur) dont il serait détenteur d’un brevet d’invention et, création remarquable, un hélicoptère de 500 kilogrammes qui n’a pu faire qu’un vol ascendant de 1 mètre 50 avant de s’écraser sur le sol.

Quoi qu’il en soit, il entend créer un atelier à Yaoundé dans le but de mettre ses uvres à la disposition de tous les paysans. Il espère à cet effet obtenir du soutien de la part des autorités.


Journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Retour en haut