Culture â€ș Mode

La créatrice Stella McCartney copie des modÚles de robes camerounaises

Défilé de la créatrice Stella McCartney à Paris, 2 octobre 2017 (C) Droits réservés.

La cĂ©lĂšbre styliste britannique s’est inspirĂ©e du « Kaba » dans sa nouvelle collection printemps-Ă©tĂ© 2018.

Stella McCartney a prĂ©sentĂ© sa collection printemps-Ă©tĂ© 2018 ce lundi 2 octobre Ă  la Fashion Week de Paris. Selon les analystes de mode, cette collection mĂȘle le sportif casual et les tenues de soirĂ©e plutĂŽt formelles. Elle propose aussi diffĂ©rents imprimĂ©s, modĂšles et silhouettes, dont certains sont clairement imprimĂ©s d’ « Ankara Style » (motifs de pagne), une tendance trĂšs rĂ©pandue sur le continent africain.

Pour les Camerounais, la collection de la crĂ©atrice anglaise, au-delĂ  de l’utilisation de l’Ă©toffe wax, est la copie conforme des robes portĂ©es par des femmes camerounaises appelĂ©es « Kaba ». En effet, certains modĂšles de la collection de Stella McCartney ressemblent aux modĂšles de ces robes, vulgarisĂ©es par les femmes originaires du Littoral du Cameroun.

A lire aussi : Cameroun: Le kaba Ngondo, histoire d’une tradition vestimentaire!

La mode africaine suscite plus d’intĂ©rĂȘt depuis quelques annĂ©es. Stella McCartney s’en est visiblement appropriĂ©e. Seulement, son dĂ©filĂ© n’a inclus qu’un seul mannequin noire. Ce qui a attirĂ© l’attention de quelques passionnĂ©s de mode et provoquĂ© leur mĂ©contentement.


*Va-t-on parler du fait que Stella McCartney prĂ©sente du wax dans sa nouvelle collection alors qu’il n’y avait qu’une seule mannequin noire sur le podium ?

A l’origine, le « Kaba » est un grand sac avec des ouvertures pour la tĂȘte et les bras. Il a Ă©tĂ© inventĂ© au Cameroun par les Ă©pouses des missionnaires vers 1948, Ă  cause de l’embarras de ceux-ci devant les jeunes filles qui se mouvaient peu couvertes. Ce vĂȘtement a, par la suite Ă©voluĂ©, pour devenir la tenue traditionnelle du peuple Sawa.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut