Opinions › Tribune

Criminalité transfrontalière: «Le Cameroun n’est pas une base arrière»

Intégralité du propos liminaire de Issa Tchiroma, au cours du point de presse de mardi 04 Mars 2014

«Monsieur le Secrétaire général du ministère de la Communication,

Monsieur l’Inspecteur général,

Messieurs les conseillers techniques n°1 et N° 2,

Madame, Messieurs les Inspecteurs, Madame, Messieurs les Directeurs et chefs de Divisions,

Madame, Messieurs les Directeurs Généraux et Directeurs des Organismes sous tutelle,

Chers collaboratrices, chers collaborateurs, Mesdames, Messieurs les Journalistes, Distingués Invités,

Mesdames, Messieurs

Permettez-moi, avant d’entrer dans le vif du sujet, de vous souhaiter une chaleureuse bienvenue dans cette salle de conférences de mon département ministériel et de- vous exprimer ma profonde gratitude pour avoir promptement répondu à l’invitation que je vous ai adressée à cet effet.
Je vous ai conviés ce soir, afin d’évoquer avec vous certaines questions préoccupantes de l’heure, touchant notamment à la sécurité à nos frontières.

Mesdames, Messieurs les journalistes,

Comme vous le savez, grâce à la politique sage et avisée du Président Paul Biya et à la maturité du peuple camerounais, notre pays a su demeurer un îlot de paix dans une région souvent en proie à des convulsions de- toutes sortes.

Les conflits, les crises et les tensions qui agitent la région, n’ont cependant pas manqué d’avoir des répercussions sur notre pays, dont le gouvernement s’emploie à limiter la portée. Vous n’êtes pas sans savoir que les difficultés éprouvées par les pays frères et notamment le Nigéria et la RCA, ont provoqué chez nous, un afflux de réfugiés que notre pays a accueilli dans la plus pure tradition d’hospitalité qui est la sienne et auxquels, il essaie d’apporter en fonction de ses moyens, aide et assistance, avec l’appui des institutions internationales.

Les défis auxquels nous devons faire face à cet égard, sont énormes au plan humanitaire, sanitaire et sécuritaire.

Mesdames et Messieurs,

Le Cameroun, sous la sage direction du Chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya, n’a jamais ménagé ses efforts pour apporter sa contribution à la recherche de solutions aux crises et conflits qui surviennent dans la région. Il est également résolument engagé, de concert avec les autres pays et notamment ses voisins, dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière.

L’option du Cameroun pour la consolidation de la paix en Afrique justifie sa présence sur différents théâtres d’intervention, sous la bannière des Nations unies, de l’Union Africaine ou de la CEEAC.

Mesdames et Messieurs les Journalistes, Chers Invités,

Notre attention a été attirée ces derniers temps par une campagne hostile lancée contre le Cameroun par certains médias de pays voisins, qui prétendent que notre pays ferait preuve de complaisance ou de laxisme à l’égard de groupes terroristes ou de groupes rebelles cher-chant à déstabiliser ces pays.

Je tiens à dire ici que ces allégations sont irresponsables et dénuées de tout fondement.

Le Cameroun est un pays épris de paix. A ce titre, il ne saurait encourager le développement de la violence dans d’autres pays et en particulier chez ses voisins. C’est une exigence de solidarité. Mais c’est aussi et surtout, une exigence de sécurité nationale. Car comme le dit le proverbe «quand la case du voisin est en feu, on risque de recevoir des étincelles».

Fort de cette conviction, je le dis haut et fort, le Cameroun n’a jamais accepté et n’acceptera jamais que son territoire serve de base arrière à des entreprises de déstabilisation dirigées contre d’autres Etats.

Le Cameroun refuse donc de servir de bouc émissaire à certains pour justifier les difficultés intérieures auxquelles ils sont confrontés dans leurs pays. Il souhaite donc que cette campagne de presse diffamatoire cesse.

Le souci du Cameroun est l’émergence d’une sous-région épargnée des affres de la guerre. Il est en effet dans l’intérêt de notre pays, au moment où la Nation toute entière est engagée dans la mise en uvre de l’ambitieux Programme des Grandes Réalisations, de vivre dans un environnement sécuritaire apaisé:

Une telle posture est conforme aux principes de notre politique étrangère qui accorde une place privilégiée au maintien des relations de bon voisinage, au respect de l’intégrité et de la souveraineté nationales des Etats, au principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats, au renforcement de la solidarité entre les peuples et à la résolution pacifique des conflits.

En reconnaissance de l’engagement du Cameroun pour la préservation de la paix et de la stabilité, notre pays a été choisi pour abriter le tout premier Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement sur la sécurité et la sûreté maritimes dans le golfe de Guinée, les 24 et 25 Juin 2013.

Les Chefs d’Etat et de gouvernement réunis à Yaoundé à l’occasion de ce Sommet, ont décidé que le Cameroun abriterait le Centre interrégional de coordination.

La politique sécuritaire du Cameroun s’inscrit dans le cadre du strict respect des frontières conformément aux principes fondamentaux de l’Union Africaine. Il y a actuellement des déclarations sur l’idée d’un droit de poursuite de criminels sur le territoire d’un Etat étranger. Le Cameroun tient à dire clairement à ce sujet, qu’il n’a jamais accepté et n’accepte pas cette notion du droit de poursuite sur son territoire. En revanche, notre pays est disposé à une coopération étroite avec les forces de défense et de sécurité des pays voisins pour lutter contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière, dans le respect de la souveraineté de chaque Etat.

Mesdames, Messieurs,

Je tiens à terminer en rassurant l’opinion publique nationale et internationale sur le fait que les Très Hautes Instructions du chef de l’Etat tendant à une meilleure sécurisation de nos frontières sont appliquées avec efficacité par nos vaillantes forces de défense et de sécurité.

Pour preuve, des succès éclatants ont été enregistrés ces temps derniers notamment avec le démantèlement de filières de trafic d’armes et de munitions et l’arrestation ou la neutralisation de quelques éléments armés étrangers qui ont osé violer notre territoire.

Les populations camerounaises peuvent donc être pleinement rassurées et vaquer tranquillement à leurs occupations. Les forces de défense et de sécurité et le Gouvernement veillent et sont à l’ uvre sous la houlette de S.E.M. Paul Biya, Président de la République, Chef de l’Etat.

Je vous remercie de votre aimable attention».

Issa Tchiroma, ministre camerounais de la Communication


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé