Politique › Institutionnel

Criminalité transfrontalière: le dispositif juridique harmonisé à Yaoundé

Une rencontre internationale sur le sujet s’est ouverte jeudi dans la capitale camerounaise, avec l’appui de l’Organisation internationale de la Francophonie. Les travaux s’achèvent samedi

Il y a une dizaine de jours, les chefs de police de l’Afrique centrale se réunissaient à Yaoundé pour réfléchir sur les méthodes harmonisées de lutte contre la criminalité transfrontalière. Le sujet revient au centre de la troisième conférence sous régionale Afrique centrale, sur le renforcement de la lutte contre ce fléau qui s’est ouverte jeudi, 01 octobre 2015 à Yaoundé, avec l’appui de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Si les policiers constatent les infractions, recherchent et arrêtent les auteurs, si la remise des criminels se fait de police à police, il est question pour les procureurs qui poursuivent les fauteurs de trouble, d’harmoniser leurs instruments juridiques de manière à s’entendre sur les formes et les qualifications des crimes transnationaux et le mandat d’arrêt en Afrique ainsi que le plan de coopération entre les magistrats et les policiers. Tout cela, restant disparate d’un Etat à l’autre, d’autant plus que, ce qui est qualifié de crime organisé pour tel pays ne l’est pas forcément pour l’autre.

La rencontre de Yaoundé est un cadre de lutte initié par l’Association internationale des procureurs et poursuivants francophones (AIPPF), un réseau de l’OIF.

Les deux premières conférences tenues respectivement à Bamako et à Dakar avaient engagé une réflexion en faveur de la mise au point de plusieurs conventions internationales relatives à l’entr’aide judiciaire en matière pénale, à l’extradition et au transfèrement des personnes condamnées, à la saisie et à la confiscation des avoirs criminels. L’objectif final étant de disposer dans un seul texte de toutes les conditions de demande d’entr’aide et de coopération judiciaire pour faciliter une réponse rapide et exploitable pour l’Etat requérant.

Le phénomène continue d’endeuiller de milliers de personnes et de faire des victimes, rappelle Christophe Guilhou, directeur de la Paix, de la Démocratie et des Droits de l’homme à l’OIF. Il doit être vigoureusement combattu, soutient Dion Ngute, ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures qui a présidé la cérémonie officielle d’ouverture de la rencontre. Outre le dispositif juridique du mandat d’arrêt à élaborer, la troisième Conférence sous-régionale Afrique centrale sur le renforcement de la lutte contre la criminalité transnationale organisée sous l’égide de AIPPF proposera les bonnes pratiques en matière de lutte contre le terrorisme d’une part et la criminalité organisée d’autre part. Les travaux s’achèvent samedi.

Les polices d’Afrique centrale en ordre de bataille contre la Criminalité transfrontalière
Droits réservés)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé