Politique › Institutionnel

Criminalité transnationale: l’Afrique Centrale en ordre de bataille

Les accords inter-régionaux entre l’Afrique Centrale et Orientale pour la lutte contre la criminalité étaient au centre du 25e sous-comité technique tenu mardi et mercredi à Yaoundé au Cameroun

Les travaux du 25e sous-comité des chefs de police d’Afrique Centrale (Ccpac) se sont tenus mardi 01 et mercredi 02 mars 2016 à Yaoundé, la capitale camerounaise. La cérémonie d’ouverture était présidée par le délégué général à la Sureté nationale (Dgsn), Martin Mbarga Nguélé, président du Ccpac.

Deux jours durant, des experts venus des pays membres de la Ccpac à savoir le Congo, le Gabon, le Tchad, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine, la Guinnée équatoriale, et le Cameroun, ont débattu sur « des questions de coopération policière entre les pays d’Afrique Centrale et les pays d’Afrique de l’Ouest, afin de déboucher sur les accords de police à police entre ces deux sous-régions ». De ce sous-comité, il est attendu des solutions aux problèmes juridiques qui se posent dans la lutte contre la criminalité transfrontalière. Comme l’a souligné le Dgsn, les experts doivent émettre des propositions concrètes en vue de la planification et de l’organisation des opérations conjointes de police en Afrique Centrale.

Selon le secrétaire permanent du Ccpac, par ailleurs commissaire de police principal, Lawrence Tang Enow, « Cette assise statutaire du sous-comité technique établira une évaluation sécuritaire de la région ». Une des fortes préoccupations de cette 25e édition est la nécessité d’intensifier les échanges d’informations entre les pays membres en matière criminelle.

En outre, elle donnera les clés de mise en uvre des résolutions de la 16e session du Ccpac, dont les plus saillantes étaient l’accélération du processus de la libre circulation des citoyens de la zone Cemac et la création des cellules aéroportuaires anti-trafic, pour ce qui est de la lutte contre la criminalité.

Ces exigences et défis devraient pouvoir ralentir voire mettre fin à la recrudescence des maux comme le trafic de drogue, le trafic humain et des médicaments contrefaits et illicites, la cybercriminalité ou l’immigration clandestine.

Réunion des chefs de police d’Afrique Centrale.
Droits reservés)/n

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé