Politique › Sécurité

Crise anglophone : Attaque armée dans la ville de Limbé

(c) Droits réservés

Des hommes non identifiés ont semé le trouble samedi dans cette ville la région du Sud-ouest, hors d’atteinte depuis le début de la crise. La riposte des forces de l’ordre a permis de neutraliser deux des assaillants.

Le calme est revenu dimanche matin 15 juillet 2018 à Limbé. Les populations ont repeuplé les rues. Les chrétiens se sont rendus aux offices religieux. La quiétude apparente qui se lit sur les visages avait disparu 24 heures plus tôt, lorsque la ville a été prise d’assaut par des hommes armés, non identifiés.

Selon les témoignages, c’est autour de 16 h samedi 14 juillet 2018, que des individus armés de fusils et se déplaçant à bord d’un véhicule ont barré la voie à un camion de la Société anonyme des Brasseries du Cameroun (Sabc), transportant des boissons, au lieu-dit Mile 4, à l’entrée de la ville.

Les assaillants ont intimé l’ordre au conducteur de descendre du camion, avant de mettre le feu au véhicule. Ils ont ensuite pris la fuite en se dirigeant vers l’intérieur de la ville. Les forces de l’ordre, alertées, ont aussitôt ouvert le feu. Une source fait savoir que l’entrée de la ville de Limbé a été bloquée pendant l’échange des coups de feu, probablement pour tenter d’intercepter ces individus, au cas où ils empruntaient le même chemin au retour.

L’intervention des forces de l’ordre a permis de neutraliser deux des assaillants, selon certaines sources. Les autres hors la loi ont pu fondre dans la nature. Aucune perte en vies humaines n’a été signalée du côté des hommes en tenue et de la population civile.

Mais la situation tendue qui a prévalu dans cette cité balnéaire a obligé les habitants à se terrer chez chez-eux samedi. Les boutiquiers ont fermé les commerces. Les différentes rues sont restées désertes jusque tard dans la nuit.

C’est la première fois que Limbe connait des attaques de sécessionnistes depuis le début des conflits armés liés à la crise anglophone, il y a plus d’un an. Cette attaque intervient une semaine après celle de Buea, une autre localité de la région du Sud-ouest qui était restée jusque-là hors d’atteinte.

À LA UNE
Retour en haut