Société › Société

Crise anglophone : les chefs traditionnels Bakweri libérés de captivité

Les deux autres chefs apparus auprès de la dépouille du chef de Lysoka. ©Droits réservés

Six de ces otages ont retrouvé la liberté dans la soirée de lundi. Le dernier a été relâché ce matin par ses ravisseurs.

Des chefs traditionnels du Fako (région du Sud-Ouest) ont retrouvé la liberté après deux semaines de captivité. Ils étaient huit à avoir été enlevés par des individus non-identifiés lors d’évènements distincts.

L’un de ces otages, le chef Mbanda de Lysoka a été tué en fin de semaine. Sa dépouille a été découverte non loin de sa chefferie.

La libération des six premiers otages a été annoncée dans la nuit de lundi par Mark Bareta, un partisan de la cause sécessionniste actif sur les réseaux sociaux. L’information a été confirmée par certaines sources contactées ce jour par Journalducameroun.com.

Celles-ci ont par ailleurs fait savoir que le chef Njombe, jusqu’ici retenu captif, vient d’être libéré.

Le sort de ces autorités traditionnelles est au centre d’une marche des Bakweri organisée par le maire de Buea, Patrick Ekema. Elle devait se tenir dès 10h ce mardi 31 juillet pour marquer leur opposition à la conférence générale des anglophones initiée par le cardinal Christian Tumi.

Lire aussi : Conférence des anglophones : «Le SDF est prêt à apporter sa contribution» (Etienne Sonkeng)

Ladite marche n’a toujours pas débuté. La mobilisation des populations est timide. Aucune autorité administrative n’est encore arrivée. Seuls des employés de la mairie sont présents sur le lieu de départ de la marche, a pu observer le reporter de Journalducameroun.com sur place.

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut