Politique › Sécurité

Crise anglophone: Le convoi du ministre de la Défense attaqué dans le Sud-Ouest

Les véhicules de l’escorte de Joseph Beti Assomo ont été mitraillés par des hommes armés sur l’axe Kumba-Ekondo Titi, jeudi 12 juillet 2018.

Le convoi du ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense a été attaqué par des hommes armés jeudi 12 juillet 2018, sur l’axe Kumba-Ekondo-Titi, dans la région du Sud-ouest au Cameroun. L’attaque est survenue au lieu-dit Small Ekombe, à moins de 7 kilomètres de Kumba.

Selon des sources sécuritaires, les sécessionnistes étaient embusqués le long du trajet dans des maisons abandonnées par les habitants. Ils ont ouvert le feu pendant près d’une demi-heure sur les véhicules du convoi qui roulaient à vive allure. Les militaires du Bataillon d’intervention rapide (Bir), une unité d’élite de l’armée qui faisaient partie de la délégation, ont riposté à l’attaque en titrant à l’arme lourde.

Le convoi a encore été pris dans des champs de tirs sur le chemin retour, au même endroit. L’armée affirme que le ministre de la Défense n’a pas été atteint et affirme avoir mis hors d’état de nuire au moins six des assaillants pendant l’échange des coups de feu.

Dans le convoi qui transportait militaires et civils, parmi lesquels des journalistes de la Société de presse et d’édition du Cameroun (Sopecam), de la Cameroon Radio and Television (CRTV) et ceux de Canal 2 International, on indique que seuls quelques cas de blessures légères ont été enregistrés.

Les blessés ont été pris en charge dans un hôpital à Douala. Aux dernières nouvelles, leur pronostic vital n’était pas entamé. Grégoire Djarmaila, journaliste au quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, a reçu des éclats de verre sur le visage. Il a quitté l’hôpital quelques minutes après son admission.

Le ministre de la Défense se rendait dans cette partie du Sud-Ouest pour remobiliser les troupes sur le terrain après plusieurs attaques qui ont causé la mort aux hommes en tenue et aux civils.

Le convoi du gouverneur de la région du Sud-ouest, Bernard Okalia Bilaï, avait été attaqué de la même manière il y a moins de tris mois, le 20 avril 2018. L’attaque est survenue au lieu-dit Lewoh dans l’arrondissement d’Alou, département du Lebialem. Le cortège à l’allée et au retour, par des hommes armés embusqués dans la broussaille.

À LA UNE
Retour en haut