› Société

Cameroun : de nouveaux « repentis » dans les centres de désarmement

Nord-ouest, des armes récupérées après une opération militaire.

Une quarantaine d’ex-combattants enregistrés par les comités de Buea et de Bamenda.

Après la mission de conciliation entreprise par le Premier ministre dans les régions anglophones, le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (Cnddr) de Buea (Sud-ouest) a enregistré 21 nouveaux pensionnaires.

L’information est révélée par Fonju Bernard, coordonnateur régional du Cnddr pour le Sud-ouest, dans les colonnes du quotidien gouvernemental.

Le responsable régional de cette instance explique que les 21 nouveaux pensionnaires sont des ex-combattants sécessionnistes actifs dans la région. Selon, Fonju Bernard, ces ex-combattants auraient été « séduits » par la présence du Premier ministre Joseph Dion Ngute, lors de son passage à Kumba.

Ils viennent s’ajouter aux 20 autres ex-combattants déjà enregistrés depuis l’ouverture du centre Cnddr.

A Bamenda, c’est une trentaine de nouveaux ex-combattants qui ont rejoint le centre désarmement d’après Gabsa Sixtus Nyugha, le régional du Cnddr pour le Nord-ouest.

Le Comité national de désarmement, de démobilisation et de réinsertion a été créé le 18 décembre 2018 par décret du président de la République. Il a pour mission le désarmement et la réintégration des ex-combattants de Boko Haram et ceux des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Le comité a pour président Fai Yengo Francis, ancien gouverneur de régions.

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé