› Société

Crise anglophone : des leaders religieux appellent au calme

Mgr Samuel Kleda, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun. ©Droits réservés.

Les recommandations de la déclaration signée ce 19 septembre s’adressent aux partis politiques, au gouvernement, aux séparatistes, à la diaspora et à la population camerounaise.

La crise sociopolitique qui menace les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest était au cœur des échanges entre leaders du Conseil des églises protestantes du Cameroun, du Conseil supérieur islamique et de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun. Au terme de cette session de travail, le Rev. Fonki Samuel Forba, l’imam Cheikh Oumarou Malam et Mgr Samuel Kleda se sont engagés « à dénoncer et à lutter ensemble contre toutes les formes de violences, d’injustices et de désacralisation de la vie humaine et des droits de l’Homme jusqu’à ce que la paix et la justice reviennent dans toute l’étendue du territoire camerounais ».

Dans la déclaration, ils appellent tous les combattants sécessionnistes et autres groupes armés à respecter la vie humaine et à se détourner des idéologies « qui encouragent la  destruction de la vie, du bien-être et du bien commun des communautés ».

« Nous leur demandons d’arrêter toutes formes de violences, de rançons et d’extorsions commises contre la population. L’éducation étant un droit universel, qu’ils permettent aux élèves et étudiants, leurs frères et sœurs, de reprendre le chemin de l’école », ajoutent-ils.

Ils ont également invité les citoyens camerounais à « faire un usage rationnel, critique, responsable et prudent des réseaux sociaux par lesquels les partisans du chaos exacerbent la violence, et d’opérer une analyse objective des idéologies et situations auxquelles elle fait face avant d’agir ».

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut