Education › Dotation

Crise anglophone : des réfugiés camerounais au Nigeria reçoivent des kits sanitaires

Un camp de réfugiés

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Hygiène Menstruelle, la Coalition internationale pour l’hygiène menstruelle (IMHC) a distribué des kits d’hygiène menstruelle aux filles et aux femmes déplacées des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun.

Le don a été effectué à l’occasion de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle commémorée le 28 mai 2022 dernier. Les réfugiés de la crise anglophones de plus de 500 foyers dans quelque 16 communautés du camp de réfugiés d’Adagom 3 dans l’État de Cross River, au Nigeria, ont reçu des kits d’hygiène menstruelle composés de serviettes hygiéniques réutilisables, de pantalons, de savons et de seaux.
Les cadeaux appelés « kits de dignité » leur ont été distribués par la Coalition internationale pour l’hygiène menstruelle, une initiative annuelle coordonnée par la Fondation Welisane, qui vise à donner aux filles les moyens de gérer leurs règles dans l’intimité, la sécurité et la dignité.
Selon la coordinatrice générale de la coalition, qui est également fondatrice/présidente de la Fondation Welisane, Welisane Mokwe Nkeng, les filles et les femmes déplacées par la crise anglophone vivent dans des conditions désespérées, car la plupart d’entre elles manquent de besoins de base tels que des serviettes hygiéniques à emporter.
« Nous sommes venues rendre visite à nos sœurs qui ont fui la crise anglophone en cours pour s’installer au Nigeria. Nous sommes à Cross River State pour faire don de serviettes, de seaux et de savons à l’occasion de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle… », a déclaré Welisane.
« Nous avons ressenti le besoin de tendre la main à ceux qui peuvent avoir beaucoup de besoins de base et ne pas être en mesure de les rencontrer. Les serviettes hygiéniques font partie de ces choses dont une fille ne peut se passer car les menstruations ne sont pas négociables. C’est pourquoi nous sommes venus ici pour les soutenir et faire en sorte que chaque fille ait accès à des serviettes, qu’elles soient déplacées ou non, privilégiées ou défavorisées. Le droit à des serviettes est le droit à la santé et c’est donc un droit humain pour chaque fille d’avoir accès à des serviettes » a-t-elle ajouté.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé