› Société

Crise anglophone : en deux ans, seuls 42 projets d’infrastructure réalisés sur 500

Une école incendiée à Bamenda, région du Nord-ouest.

Cibles des mouvements séparatistes, les entrepreneurs fuient les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun.

La guerre en cours dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun, entre l’armée et les mouvements sécessionnistes a freiné le développement des infrastructures.

Selon des sources gouvernementales, citées par Voice of America (Voa), sur 500 projets prévus dans deux régions depuis deux ans, seuls 42 ont été réalisés à ce jour.

D’après Buinda Godlove Nsakabo, délégué régional pour le Sud-ouest du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, 90% des projets de construction d’écoles, d’hôpitaux, de ponts et d’autres travaux publics ont été abandonnés.

Pour un habitant de la région, « il n’y a pas de vie, rien ne bouge, les projets ont été abandonnés, les entrepreneurs ont tous fui. Ils courent pour sauver leur vie. En ce moment, il y a un blocage complet. Vous ne voyez rien. Aucune affaire. Vous voyez des maisons vides, des rues fantômes et tout a été totalement abandonné. Des gens ont été kidnappés. C’est tous les jours ».



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé