Société › Société

Crise anglophone: les chefs traditionnels de Batibo condamnent l’enlèvement du sous-préfet

©Droits réservés

Ils ont émis, vendredi, le voeu que Namata Diteng soit retrouvé et appelé la population à fournir d’éventuelles informations qui pourraient faire avancer les recherches.

Onze chefs traditionnels de Batibo (département de la Momo) se sont réunis vendredi 16 février, pour discuter de la crise anglophone qui secoue leur région et celle du Nord-Ouest depuis plus d’un an. L’enlèvement du sous-préfet de Batibo, Marcel Namata Diteng, dans la matinée du 11 février figurait au menu des échanges. Les autorités traditionnelles condamnent cet acte. Désireux de voir cet administrateur civil de nouveau auprès de sa famille, les chefs appellent la population à « soutenir les forces de l’ordre en fournissant des informations sur le lieu où pourrait se trouver le sous-préfet ».

Ces mêmes chefs ont, par ailleurs, évoqué les violences en cours dans la région et appellent les autorités à veiller à l’arrêt de toute agression physique contre les population civiles ainsi que le pillage et la destruction gratuite des biens. Ils appellent, par ailleurs, à un retour à la normale, seul élément qui permettrait la reprise des activités économiques et scolaires.

Un mémorandum y relatif a été adressé vendredi au gouvernement. Celui-ci qui devrait, selon ces chefs, accélérer le processus pour la tenue d’un dialogue.

 


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé