› Société

Crise anglophone : les habitants d’Ekona quittent leurs domiciles après les coups de feu

Buea, le 15 mai 2018. Une vue de la gare routière de la ville. ©Journalducameroun.com

Craignant pour leur sécurité, ils ont pris d’assaut la gare routière de Buea ce mardi pour prendre la direction de Douala ou de Bafoussam.

La gare routière de Buea a connu une fréquentation inhabituelle dans la matinée du 15 mai 2018. Dès 7h, de nombreux voyageurs sont venus négocier des tickets de voyage pour quitter, de toute urgence, la ville de Buea à destination de Douala ou de Bafoussam.

Ces populations ont décidé de partir, craignant pour leur sécurité. En effet, dans la nuit d’hier à aujourd’hui, à Ekona, localité située à une dizaine de kilomètres de Buea, il y a eu des échanges de tirs, sans doute entre l’armée et des militants séparatistes.

Approché à Buea, M. Folefe, habitant d’Ekona a répondu à Journalducameroun.com qu’il quitte sa maison pour mettre sa famille en sécurité. « J’emmène ma famille à Douala. Je ne souhaite pas qu’il leur arrive le moindre mal », a-t-il dit. Il rapporte avoir été réveillé vers minuit par des coups de feu répétés. « Nous avons dû quitter la maison, passer à travers les palmiers et les plantations  de canne à sucre pour arriver à Muea. Nous avons passé le reste de la nuit à Muea dans l’une des maisons de mes parents, avant d’arriver à Buea pour voyager », a raconté M. Folefe. Selon lui, la plupart des habitants d’Ekona ont fui leurs maisons à cause de l’incident de la nuit dernière.

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut