› Politique

Crise anglophone : Un ingénieur tunisien et deux techniciens camerounais libérés

Les anciens otages reçus à leur arrivée à Yaoundé ce 20 mars par le Mindef Joseph Beti Assomo (C) Droits réservés

Quatre hommes ont été abattus mardi, lors de la libération des trois employés de la société tunisienne Soroubat enlevés le 15 mars 2018 dans le chantier de construction de la route Kumba-Isangele.

Trois employés de la société tunisienne Soroubat, dont un ingénieur tunisien et deux techniciens camerounais, enlevés le 15 mars 2018 dans la région du Sud-ouest, ont recouvré leur liberté ce mardi 20 mars 2018. C’est le résultat d’une opération de l’armée camerounaise menée vers 4h du matin, dans le département de la Mémé.

Une source sécuritaire fait savoir que quatre terroristes ont été abattus pendant l’assaut. Un communiqué signé du ministre de la Communication du Cameroun, Issa Tchiroma Bakary, confirme cette information et relève en outre que les forces de défense ont récupéré la dépouille mortelle du deuxième ingénieur tunisien, le nommé Khaled Tinsa, assassiné par ses ravisseurs. Le reporter de Journalducameroun.com a appris que des opérations de ratissage se sont poursuivis dans la zone mardi, plusieurs heures après la libération des otages.

On se souvient que les deux ressortissants tunisiens avaient été enlevés dans la nuit du 14 au 15 mars 2018 à Fiango, une localité située à quelques kilomètres de Kumba, dans le département de la Mémé, région du Sud-ouest. Ils étaient engagés dans un chantier de construction de la route sur l’axe Kumba-Isangele. Quelques instants après le rapt, les rebelles avaient menacé d’exécuter les otages tunisiens si une rançon de 50 millions F Cfa ne leur était pas versée dans les 24 heures. Pris de peur, les autres employés de l’entreprise de travaux publics avaient parqué tous les engins et autres machines et envisageaient de quitter la localité.

La libération de l’ingénieur tunisien et des deux techniciens camerounais de la société Soroubat intervient 24 heures après la remise en liberté du Professeur Ivo Leke Tambo, le Président du conseil d’administration (Pca) du GCE Board. Il avait été kidnappé samedi 17 mars 2018 par des individus se réclamant de l’Ambazonia Defense Force (ADF), un des groupes armés de l’Ambazonie, alors qu’il se rendait à un meeting de remerciement au chef de l’Etat, pour la nomination de Paul Tasong Njukang comme ministre.

 

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut