Société › Société

Crise anglophone: Julius Ayuk Tabe écarté du mouvement sécessionniste

Sisiku Ayuk Tabe (c) Droits réservés

Julius Ayuk Tabe vient d’être lâché par ses compères qui ne lui reconnaissent plus aucun pouvoir décisionnel dans le mouvement séparatiste.

Julius Ayuk Tabe ne peut plus prendre de décision au sein du mouvement séparatiste. Telle est la résolution prise par le Conseil de la restauration – l’organe législatif de l’Etat imaginaire d’ «Ambazonie» – qui l’accuse d’avoir posé des actes de nature à mettre «en péril la révolution et les institutions du peuple et à créer de profondes divisions, de la confusion et des conflits»Julius Ayuk Tabe est écarté après avoir tenté de reprendre les rênes du mouvement séparatiste en dissolvant le gouvernement intérimaire conduit par le pasteur Samuel Ikome Sako. Il réagissait à des nominations que l’actuel président avait faites au sein de l’administration de l’ «Ambazonie».

Le Conseil de la restauration maintient Samuel Ikome Sako à la présidence. Réunis entre le 18 mai et le 08 juin, l’instance a estimé que cette décision renvoie «des signaux contradictoires à la communauté internationale». Le Conseil martèle qu’aucune décision ou initiative que prendra Julius Ayuk Tabe n’engagera pas le mouvement sécessionniste.

Du soutien pour Julius Ayuk Tabe

La nomination de Julius Ayuk Tabe à la tête du mouvement sécessionniste n’a jamais fait l’unanimité. Et pour cause, celui-ci n’avait jamais été associé à ces revendications jusqu’en 2017 où il est nommé par le «Southern Cameroons Ambazonia Consortium United Front (Scacuf)» – un mouvement né en février 2017, de l’union de plusieurs organisations fédéralistes et sécessionnistes (Scing, Scapo, République d’ «Ambazonia», SCYL, Consortium de la société civile Anglophone du Cameroun – Cacsc, Morisc, Southern Africa Forum, Scinga et le Conseil de gouvernement d’ «Ambazonia»).

Aidé par Wilfried Tassang alors président du Syndicat des enseignants anglophones, Julius Ayuk Tabe entre dans le mouvement par un stratagème basé sur ses contributions financières.

La mise à l’écart de Julius Ayuk Tabe n’est non plus acceptée de manière unanime parmi les séparatistes. Lucas Ayaba Cho, le leadeur du groupe armé dénommé «Abazonia Defense Forces» lui reste fidèle, a-t-il annoncé sur son compte Facebook. L’activiste Mark Bareta se range également derrière Julius Ayuk Tabe.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé