› Politique

Crise anglophone : le Cameroun sur le banc des accusés à l’Onu

Une réunion du Conseil de sécurité à l'Onu.

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies examine, ce 13 mai, la situation humanitaire née des troubles sociopolitiques dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

La situation humanitaire du Cameroun est examinée et débattue ce 13 mai 2019 à l’Organisation des nations unies (Onu) à New York.

A l’initiative de Etats-Unis, qui ont demandé cette réunion, les cinq membres permanents plus les 10 membres non permanents vont se pencher sur la crise humanitaire née du conflit entre l’armée et les séparatistes dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun.

La réunion qui se tiendra à partir de 15h est placée sous la supervision des États-Unis, de l’Angleterre, de l’Allemagne et de la république Dominicaine.

Lire aussi ::  Crise anglophone : le Conseil de sécurité de l’Onu va examiner la situation humanitaire

Selon plusieurs organisations internationales, la crise anglophone a provoqué la mort de plus de 1800 personnes et crée plus de 200 000 réfugiés depuis 20 mois.

La réunion de ce jour à l’Onu est informelle et ne devrait pas déboucher sur une condamnation du Cameroun. « Les membres du Conseil de sécurité devraient appeler le gouvernement du Cameroun et les chefs des groupes armés séparatistes à mettre fin aux abus qui sont commis contre les civils dans les régions anglophones et faire rendre des comptes aux responsables de ces abus », a souhaité Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch.

Au cours de cette réunion, interviendrons, le sous-secrétaire général des Nations-Unies aux affaires humanitaires et le secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés entre autres.


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé