Société › Société

Crise anglophone: les leaders ambazoniens divisés sur la captivité de Animbom Aaron

Le délégué des Affaires sociales pour le Nord-Ouest, Animbom Aaron, reste otage des sécessionnistes. © Droits réservés

Un appel Ă  se rebeller contre le commandant en chef des forces de dĂ©fense de l’Ambazonie vient d’ĂŞtre lancĂ©, suite Ă  l’enlèvement et Ă  la supposĂ©e mort du dĂ©lĂ©guĂ© rĂ©gional des Affaires sociales du Nord-Ouest.

Les rumeurs  sur de potentielles divisions entre les actuels porteurs du mouvement de revendication de la sĂ©cession du Cameroun se confirment. Une lettre ouverte du ministre de la Communication du gouvernement intĂ©rimaire d’Ambazonie, Chris Anu, apporte un nouvel angle de vue du climat qui prĂ©vaut au sein des leaders sĂ©paratistes.

Le document datĂ© du 4 avril est un appel Ă  se rebeller contre les actions de Lucas Ayaba Cho. Lequel est responsable de l’enlèvement, le 24 fĂ©vrier, du dĂ©lĂ©guĂ© des Affaires sociales pour le Nord-Ouest, Animbom Aaron Ankiambom, via sa bande armĂ©e les Ambazonians defense forces (Adf). Celle-ci l’avait kidnappĂ© puis incendiĂ© son vĂ©hicule alors qu’il revenait d’un deuil. Le 10 mars, le groupe a diffusĂ© une vidĂ©o sur les rĂ©seaux sociaux dans laquelle il adresse indirectement au gouvernement camerounais l’injonction de donner des nouvelles de Ayuk Tabe sous 48h, faute de quoi, Animbom Aaron Ankiambom serait tuĂ©.

L’action ne plait guère Ă  Chris Anu. « Camarade ambazonien, nous nous sommes engagĂ©s dans cette rĂ©volution, non pour en tuer les victimes, mais pour poursuivre ceux qui ont fait de nous des victimes. Oui! c’est une rĂ©volution, mais une rĂ©volution ne va pas après les siens, surtout ceux qui sont considĂ©rĂ©s comme impuissants. Pourquoi tous ces politiciens et les Atanga Nji du Cameroun devraient-ils partir libres et Ayaba poursuivre les plus faibles? Si les gens de bien dans cette rĂ©volution ne tiennent pas tĂŞte Ă  Cho Ayaba qui veut sacrifier cette lutte sur l’autel du pouvoir et de la cĂ©lĂ©britĂ©, alors, comptez sur moi« , dĂ©clare-t-il.

Animbom Aaron Ankiambom vit-il toujours? Le responsable de la Communication de l’Ambazonie pense que non. « J’ai appris qu’il a Ă©tĂ© tuĂ© depuis [ Animbom Aaron Ankiambom]. Je n’ai absolument aucune excuse pour le meurtre impitoyable d’un homme qui Ă©tait Ă©galement une victime comme vous et moi, et plus encore, un pasteur« .

Le sort d’Animbom Aaron Ankiambom reste inconnu. 25 jours après la diffusion de la vidĂ©o dans laquelle il apparaĂ®t, aucune information sur le traitement qui lui est accordĂ© ni sur l’avancement des recherches n’est communiquĂ©e.

La lettre de Chris Anu remet Ă  l’ordre du jour de vieilles querelles entre les leaders sĂ©cessionnistes au sujet de la mĂ©thode Ă  adopter pour la quĂŞte de l’indĂ©pendance des rĂ©gions camerounaises du  Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Notamment entre les activistes anglophones partisans des actions pacifiques – auxquels appartiennent Chris Anu, Nfor Ngwa Nfor, Njoh Litumbe, etc – et ceux acquis  Ă  l’idĂ©e d’une lutte armĂ©e, Ă  l’instar de Cho Ayaba et Ebenezer Akwanga.

 

 

Ă€ LA UNE
Retour en haut