Politique › Sécurité

Crise anglophone : l’Onu condamne le meurtre d’un travailleur humanitaire

(c) Droits réservés

La coordonnatrice humanitaire des Nations unies, Allegra Baiocchi, qualifie le meurtre de Pascal Ngwayi de crime de guerre.

 « Nous ne sommes pas en mesure de mener des opérations en toute sécurité », souligne Allegra Baiocchi dans un communiqué publié le 30 novembre pour condamner le meurtre d’un agent de l’Ong Cominsud  (Community Initiative for Sustainable Development).

« Les travailleurs humanitaires risquent tout pour pouvoir aider les plus nécessiteux. Ils doivent être respectés et protégés, pas ciblés », a-t-elle déclaré au lendemain de l’enlèvement puis de l’assassinat du regretté Pascal Ngwayi dans la division de Donga Mantung (Nord-Ouest).

Au moment de son enlèvement, l’infortuné effectuait une évaluation humanitaire pour s’assurer que les personnes dans le besoin recevaient un soutien approprié.

« Le ciblage délibéré de l’aide et des travailleurs humanitaires constitue un crime de guerre », rappelle Allegra Baiocchi.

La coordonnatrice humanitaire de l’Onu au Cameroun appelle tous les acteurs armés à assurer la protection des travailleurs humanitaires et à respecter les droits de l’homme ainsi que le droit international humanitaire.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé