Politique › Institutionnel

Crise anglophone: l’Union europĂ©enne condamne les violences

Catherine Ray, porte-parole de l'Union européenne. ©Droits réservés

Catherine Ray, la porte-parole de l’institution a fait une déclaration sur les tensions qui ont cours depuis plus d’un an dans les régions anglophones du Cameroun.

Les tensions socio-politiques qui secouent les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest continuent de préoccuper. A l’échelle internationale, de nombreuses voix se sont élevées pour appeler au dialogue et à l’apaisement. Cependant, la paix reste précaire dans plusieurs localités du pays. De violents affrontements entre des militants séparatistes et des forces de défense, de sécurité et de maintien de l’ordre ont fait des morts. Toutes choses qui ont découlé sur la désertion de nombreux villages. Selon le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés  (HCR), environ 10.000 réfugiés camerounais ont été enregistrés dans le seul Etat du Cross-river. Ils seraient environ 33.000 au total, répartis dans différents Etats du Nigeria.

Une situation qui a sorti l’Union européenne de sa réserve. Catherine Ray, sa porte-parole, a fait une déclaration publiée le 7 février dernier. Celle-ci a relevé la préoccupante escalade de violence observée ces six derniers mois qui a fait des morts autant du côté des civils que des forces de sécurité camerounaises. « De tels actes ne sauraient être acceptés et ne peuvent rester impunis, de même que tout excès de violence à l’encontre de civils. Leurs auteurs doivent en répondre en justice, en conformité avec la loi », a soutenu Catherine Ray.

Celle-ci est convaincue que le recours à la violence ne peut aboutir à une accalmie. « Il reste essentiel que les forces de sécurité fassent un usage proportionné de la force dans l’exercice de leurs fonctions », a déclaré la porte-parole de l’Union européenne.

« L’Union europĂ©enne appelle Ă  Ă©viter tout acte qui puisse attiser les tensions ou inciter Ă  la violence entre Camerounais. Elle reste convaincue que seul un dialogue sincère et constructif, en suivant les voies dĂ©mocratiques et constitutionnelles, pourra conduire Ă  une sortie durable de la crise tout en prĂ©servant l’unitĂ© et la paix pour tous les Camerounais », conclut Catherine Ray.

Ă€ LA UNE
Retour en haut