› Politique

Crise anglophone : le lycée bilingue de Kosala incendié (Sud-Ouest)

(C) Droit réservés

C’est la deuxième fois que cet Ă©tablissement d’enseignement gĂ©nĂ©ral connaĂ®t le passage des flammes, en l’espace de trois mois.

Les habitants de Kosala, village du département de la Meme (région du Sud-Ouest), ont assisté, impuissants, à l’incendie qui a ravagé le lycée bilingue de leur localité le lundi 11 décembre 2017. Selon les témoignages recueillis sur les lieux, le feu s’est signalé vers 18h40. Les populations ont immédiatement appelé l’unité des sapeurs-pompiers de la ville voisine de Kumba, qui sont arrivés quelques minutes plus tard avec un camion.

MalgrĂ© les efforts des pompiers, les flammes ont continuĂ© de consumer les bâtiments, et les ont rĂ©duits en cendres. Le bloc administratif de l’Ă©cole, qui comprend les bureaux du directeur, du directeur adjoint et du secrĂ©taire particulier du directeur, a Ă©tĂ© particulièrement touchĂ©.

Cet incendie est le second enregistrĂ© au lycĂ©e bilingue de Kosala en moins de trois mois. En septembre dernier, un incendie similaire avait consumĂ© près de 150 diplĂ´mes d’anciens laurĂ©ats du GCE. Certaines informations indiquent qu’a plusieurs reprises, les agents de sĂ©curitĂ© du lycĂ©e ont interceptĂ© des individus qui tentaient d’y mettre le feu.

Le lycĂ©e bilingue de Kosala est la deuxième Ă©cole d’enseignement secondaire la plus importante du dĂ©partement de la Meme, en terme d’effectifs. Des enquĂŞtes auraient Ă©tĂ© ouvertes pour dĂ©couvrir la cause de l’incendie.

Il y a quelques semaines, les dĂ©lĂ©guĂ©s rĂ©gionaux des Enseignements secondaires et de l’Education de base, Mombakued Victor Yewoh et Dorothy Motase annonçaient au gouverneur du Sud-Ouest Bernard Okalia BilaĂŻ, ainsi qu’aux acteurs de l’Ă©ducation et de la sĂ©curitĂ© du Sud-Ouest, que 56 Ă©tablissements scolaires avaient Ă©tĂ© victimes des incendies criminels en un an.


 

 

 

 

1 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

  1. Incendier une cinquantaine d’Ă©tablissements dans la seule rĂ©gion du sud ouest pour des raisons obscures, est impardonnable pour les auteurs. Lorsque les hĂ©ros assoiffĂ©s de dĂ©sordre seront fatiguĂ©s, la nation camerounaise leur demandera des comptes sur les nombreux crimes contre l’Ă©ducation des enfants camerounais. Pour ĂŞtre crĂ©dible, l’idĂ©ologie politique qu’une petite poignĂ©e de terroristes sĂ©cessionnistes agite des confins du sud ouest et du nord ouest tourner le dos Ă  la violence gratuite, et cultiver le sens civique qui consiste au respect du patrimoine public et des grands symboles du Cameroun.
    Terroristes séssionnistes, ne plaidez jamais non coupables si vous êtes pris en flagrant délit de pyromanie par les valeureuses forces de sécurité qui ne font que leur travail sous le vert- rouge- jaune national.

Ă€ LA UNE
Retour en haut