Politique › Sécurité

Crise anglophone : des renforts militaires dans le Sud-Ouest

©Droits réservés

Après la réunion de sécurité organisée par le ministre de la Défense le 2 décembre dernier, des soldats ont été dépêchés dans la Manyu pour combattre les «sécessionnistes anglophones».

Des soldats appartenant aux forces de défense camerounaises ont débarqué samedi dernier dans la ville de Mamfé, département de la Manyu. Selon des témoignages de personnes vivant dans les localités de Tiko, Mutengene, et même de Kumba, plusieurs camions chargés de troupes ont pris la direction de Mamfé pendant le week-end.

Cette descente d’envergure sur le site, où gendarmes et militaires ont récemment été assassinés, découle de la réunion de sécurité organisée par le ministre Joseph Beti Assomo, conformément aux instructions données par le président de la République, Paul Biya.

“Nous n’étions pas là pour disserter ou philosopher sur les menaces sécuritaires auxquelles notre pays et nos armées doivent faire face. Nous étions réunis à la suite de la déclaration de Monsieur le président de la République (…) il y a des mesures qui seront mises en œuvre immédiatement, et le processus va se poursuivre jusqu’à ce que cette situation incommode que nous vivons soit éradiquée”, a affirmé le ministre de la Défense dans les colonnes du quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, de ce 4 décembre 2017.

Sur le terrain, la situation est restée tendue tout au long du week-end. Dès le vendredi 1er décembre, un communiqué attribué au sous-préfet de la Manyu a circulé. Ledit communiqué demandait aux populations de quitter ce département avant l’arrivée des forces de l’ordre, faute de quoi ils seraient considérés comme des complices des récentes attaques perpétrées contre les forces de l’ordre.

Ce communiqué a été démenti par le gouverneur de la région du Sud-Ouest, dans un message radiodiffusé le lendemain. Bernard Okalia Bilaï a demandé aux populations de rester calmes, sans pour autant démentir l’arrivée de renforts dans ces zones en crise.


Les forces de défense entendent mettre hors d’état de nuire les auteurs des meurtres des agents de la gendarmerie et les militaires “sans état d’âme”, a prévenu Joseph Beti Assomo.

 

 

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut