SociĂ©tĂ© â€ș SociĂ©tĂ©

Crise anglophone: les populations du Nord-ouest défient les autorités administratives

©Droits réservés

Les populations de cette partie du pays manifestent depuis le matin et font fi de l’interdiction de manifestation publique dĂ©cidĂ©e par les autoritĂ©s administratives de la rĂ©gion.

Bamenda, Oku, Mankon… Des localitĂ©s de la rĂ©gion du Nord-ouest abritent un vaste mouvement de contestation populaire similaire Ă  celui en cours dans la rĂ©gion voisine du Sud-ouest, depuis la matinĂ©e du vendredi, 22 septembre 2017.  Les populations sont mobilisĂ©es pour rĂ©clamer, qui «l’indĂ©pendance du territoire d’Ambazonie», qui la libĂ©ration des  activistes anglophones arrĂȘtĂ©s suite aux violences survenues Ă  Bamenda le 08 dĂ©cembre 2016.

Les populations anglophones du Nord-ouest « sont debout » nonobstant l’interdiction de manifestation publique que la tournĂ©e de solidaritĂ© manquĂ©e du Cameroon’s people party (CPP), mercredi, remet Ă  l’ordre du jour.

Le parti politique d’Edith Kah Walla entendait mener, du 20 au 23 septembre,  des rencontres avec des autoritĂ©s administratives, religieuses et traditionnelles, des familles de personnes dĂ©tenues ou tuĂ©es, pour tĂ©moigner sa solidarité  vis-Ă -vis des populations de la rĂ©gion, s’imprĂ©gner des rĂ©alitĂ©s du terrain pour pouvoir construire des propositions de solution de sortie de crise. Cette initiative a Ă©té stoppĂ©e par une dĂ©cision du prĂ©fet de la Mezam.

Ce vendredi, les femmes du Nord-ouest et du Sud-ouest, jeunes et moins jeunes, munies de branches d’arbres symbolisant la paix (dans nos cultures) en main ont donc protestĂ©, en tĂ©moignent des vidĂ©os disponibles sur les rĂ©seaux sociaux. Elles sont suivies des foules composĂ©es d’hommes et d’enfants, qui brandissent des affiches aux messages divers : «Pas de fĂ©dĂ©ralisme, oui Ă  l’indĂ©pendance totale»


Ce n’est pas la premiĂšre fois que des manifestations ont lieu dans ces deux rĂ©gions. En novembre, puis en dĂ©cembre 2016, des populations se sont retrouvĂ©es dans la rue pour dĂ©noncer la « francophonisation » de leur systĂšme anglo-saxon. Les manifestations avaient rapidement virĂ© en Ă©meutes aprĂšs l’intervention des forces de sĂ©curitĂ© camerounaises.

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut