Société › Société

Crise au sein du Syndicat National des Exploitants d’Auto-Ecoles du Cameroun

Les dirigeants d’auto-écoles de Douala réagissent!

A mon avis, la légalité a enfin primer sur le désordre.

M. Isaac Kemadjou s’est à un moment donné, auto proclamé président national du syndicat par intérim, un poste qui n’existe même pas dans les statuts du syndicat. C’est un homme de coup d’états manqués, et en tant qu’ami, je lui ai demandé de préparer sa liste et d’aller au congrès. S’il a la légalité requise et le soutien des dirigeants d’auto-écoles, il devra gagner les élections et devenir alors le président national, mais s’il n’a pas les capacités de gagner les élections par ce qu’il manque d’électeurs, il doit rester tranquille et se ranger. Mais il n’a jamais compris, c’est quelqu’un de très dangereux, il est là pour détruire et non pour construire, c’est mon ami, mais la façon dont il agit, n’est pas honorable. Il faut que la paix revienne au sein des syndicalistes.

Kamga Salvador, directeur auto école « Le Paradis »
journalducameroun.com)/n

On espère que la sérénité va revenir au sein du syndicat

C’est maintenant que j’ai pu seulement payer ma carte de membre du syndicat compte tenu du désordre qui règne depuis quelque temps. Au jour d’aujourd’hui, je suis enfin convaincu par rapport à la sécurisation des permis, formation des motos taximen, bref par toutes les actions que compte développer le président régional François Ngah Messobo. Après une telle rencontre et vu la motivation de tous ces aînés, cela me motive à entrer dans le syndicat, car nous devons assurer la relève demain. On espère que la sérénité va revenir au sien des syndicalistes.

Luc Olivier Nyeheghe, Directeur auto école « Galaxy Driving School »
journalducameroun.com)/n

Quelques individus veulent distraire notre profession

Par rapport à ce qui se passe aujourd’hui à la tête du syndicat, c’est quelques individus qui veulent nous distraire de notre profession. Ce sont des gens qui ont atteint un certain âge, ils ont fait leur temps, ils ont construit leur maison, envoyé leurs enfants à l’école, et ils ne veulent pas se retirer pour permettre aux jeunes de continuer et s’épanouir dans ce métier. Ils s’arrangent d’une manière ou l’autre, à freiner l’élan du syndicat, et font que le syndicat ne participe pas normalement à l’évolution du domaine de transport dans le Cameroun en général et c’est dommage !

Moukoué Yoga clarisse Solange, Directrice auto école « La Grâce »
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut