Politique › Institutionnel

Crise humanitaire au Cameroun : l’Onu répond à Atanga Nji

(c) Droits réservés

La représentation nationale des Nations unies s’inscrit en faux contre la sortie du Minat qui prétend que les chiffres sur les besoins humanitaires dans le pays sont exagérés.

« Les statistiques sur la situation humanitaire au Cameroun ne sont pas des fake news », soutient le Bureau de l’Onu au Cameroun, réitérant que 4,3 millions de personnes sont en urgence et que pour l’heure, seul 41% des besoins sont couverts.

La précision de l’Onu fait suite à la sortie du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, qui ; dans une intention de minimiser le phénomène, a accusé les organisations de grossir intentionnellement les chiffres.

« Le but de cette manipulation honteuse est clair : prouver que le Gouvernement de la République du Cameroun est incapable de gérer la situation humanitaire et susciter une intervention de la Communauté internationale, soi-disant, sous le couvert du droit d’ingérence humanitaire », a déclaré Paul Atanga Nji.

Cette terminologie complotiste dont l’ancien ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakary était le grand prophète sort une nouvelle fois des placards pour contester l’impact de de la crise anglophone dans régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest spécifiquement Du moins telle que présenté par des ONG. Soit plus de 2000 morts et 600 0000 déplacés.

Paul Atanga Nji accuse par ailleurs les organisations humanitaires de faire circuler les armes dans les régions anglophones sous couvert de leurs activités. Ce à quoi l’Onu répond sans ambages : « Les travailleurs de l’aide devraient être soutenus, non ciblés ».


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé