Culture › Musique

Culture: Un forum sur les droits d’auteurs au Cameroun

La rencontre était présidée par la ministre de la culture Ama Tutu Muna

Le forum sur les droits d’auteurs et droits voisins organisé au palais des congrès de Yaoundé le 27 mai 2009, est une initiative de la Commission Permanente de Médiation et de Contrôle des sociétés des droits d’auteurs , la CPMC .Le président de cette structure qui relève du Ministère de la Culture, le Professeur Adolphe Minkoa She a voulu faire de ce rendez vous de Yaoundé, un véritable cadre propice pour les échanges entre les artistes et les responsables des différentes sociétés en charge des questions relatives aux droits d’auteurs. Il s’est surtout agit au cours de ces échanges d’expliquer un certain nombre de mécanismes de fonctionnement et de gestion des droits d’auteurs et droits voisins au Cameroun.

Surtout dans un environnement marqué par une confusion des rôles des uns et des autres. Les différents participants à ce forum ont appris par exemple pour ce qui est de l’art musical, que la société habilitée à gérer les droits d’auteurs dans cette filière reste la Société civile de l’Art Musical (Socam). Adolphe Minkoa She , par ailleurs juriste et enseignant d’université, n’a pas oublié d’évoquer la bataille qui existe depuis quelques mois entre la Cameroon Music corporation(CMC) et la Socam qui représente les intérêts de l’état puisque cette structure a reçu l’agrément du ministère de la culture du Cameroun. Pour le professeur Minkoa She, tout le droit n’a pas été dit par la cour suprême du Cameroun, puisque celle-ci avait tranché en faveur de la CMC, dans ce litige.

Même le recours de la ministre de la culture Ama Tutu Muna, n’avait pas reçu une suite favorable devant la haute juridiction. L’enseignant de droit n’a pas hésité de démontrer à l’assistance que Sam Mbende Président du Conseil d’Administration de la CMC, et son Directeur général Jean Claude Laurent, n’avaient plus qualité d’attaquer en justice les décisions de la Ministre de la culture. En effet argumente t-il, l’agrément de la CMC version Manu Dibango est pratiquement différent de celui octroyé à l’équipe à Sam Mbende. Les responsables du ministère de la culture avancent donc que c’est l’agrément octroyé à la CMC de Manu Dibango qui a été retiré à la CMC. En fait l’Etat du Cameroun était face à deux structures de gestion des droits d’auteurs et droits voisins dans la catégorie art musical. Et la loi prévoit l’existence d’une seule et unique société de gestion des droits d’auteur dans une filière précise. Le professeur Minkoa SHE a donc demandé aux artistes de faire confiance , à la SOCAM, de la soutenir et d’ uvrer pour son essor dans l’intérêt de tous.

Madame la ministre de la culture qui présidait cette importante rencontre à la fois culturelle et politique, a pour sa part prôné la tolérance et la synergie des forces.Nous sommes ici en famille pour essayer de comprendre, d’expliquer de trouver des solutions à nos problèmes dira Ama Tutu Muna. Ce forum a bénéficié de la présence des PCA de différentes sociétés des droits d’auteurs dont la chanteuse Odile Ngaska, président du Conseil d’administration de la Socam.

Image d’illustration
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut