Sport › Football

David Mayébi conduit à sa dernière demeure

Plusieurs personnalités présentes jeudi à la levée de corps de l’ancien footballeur ont témoigné pour lui rendre un dernier hommage

La morgue de l’hôpital Militaire de Douala-Bonanjo a accueilli jeudi, 09 juin 2016, des figures emblématiques des milieux politique et sportif à l’instar de Samuel Eto’o fils ou Roger Milla à l’occasion de la levée du corps de David Mayébi, décédé le 15 mai dernier.

Durant la cérémonie empreinte d’émotion plusieurs personnes ont fait des témoignages de dernier hommage à celui qu’on surnommait « Roi du pétrole » qui reposera à partir de demain samedi 11 juin 2016 au village Nyokon, par Makénéné, dans la Région du Centre.

Morceaux choisi de quelques témoignages

Tombi A Roko (Président de la Fécafoot) : « C’est dur et difficile de vivre des moments comme ceux-ci. Nos yeux sont pleins de larmes et nos c urs sont en peine. Un baobab du football camerounais vient de tomber. Un pilier du mouvement sportif national s’en va laissant derrière lui inquiétudes, pleurs et douleurs au sein de sa grande famille. Celle du football camerounais en général et du syndicat national des footballeurs camerounais en particulier ».

Samuel Eto’o (au centre), présent lors de la mise en bière.
Droits réservés)/n

Franck Happy (Vice-président de la Lfpc, PCA de l’Union de Douala) : « Au nom du président de la Ligue de football professionnel (Lfpc) empêché, je prends la parole ici pour dire un mot concernant la vie syndicale et vie associative du président David Mayébi. Il est difficile de prendre la parole en de telles circonstances. Il avait certes des défauts comme chacun d’entre nous mais au-delà de tout, il faut reconnaitre que c’était un baroudeur comme l’a dit Bepp Solo qui utilisait plus la force que la technique. En tant que dirigeant, ce qu’on peut retenir c’est qu’il évitait l’affrontement. Il essayait de tout faire pour résoudre les conflits par le dialogue. Il arborait et adorait la conciliation comme moyen de résolution des conflits. Et pour un représentant syndical c’est la meilleure qualité ».

Tombi A Roko Sidiki.
Droits réservés)/n

Patrice Amba Salla (Vice-président du Synafoc) : « En plus d’être le premier vice-président du Synafoc, je suis un ami à David Mayébi. Cet homme qui sourit à la vie aimait la vie. Il aimait si bien la vie qu’il n’a jamais cessé de travailler pour que son action demeure vivace et permanente. Je rencontre Mayébi dans les années 90 lors de la prise de services d’un jeune fonctionnaire dans la ville de Douala. Nous nous sommes battus à construire quelque chose pour que le footballeur soit reconnu. C’est ainsi que nous avions mis sur pied l’association des footballeurs camerounais qui est devenu le syndicat national des footballeurs camerounais ».

Franck Happy.
Droits réservés)/n

Stéphane Raymond (Représentant de l’UNFP) : « David était l’ami de l’UNFP. Il a été toujours présent lors de tous les combats que nous avions menés. Que ce soit sur le terrain, en dehors ou dans les bureaux ».

Patrice Amba Salla, ancien ministre camerounais des Travaux publics.
Droits réservés)/n
Stéphane Raymond.
Droits réservés)/n

Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé