Société › Société

De faux reçus des droits universitaires en circulation à l’université de Yaoundé II

L’administration de l’université a mis sur pied une procédure de vérification, une situation qui influence la préparation des examens

Une procédure de vérification en cours
L’information a été rendue officielle par une note du recteur affichée sur le campus universitaire de Soa. Faisant suite à la circulation des faux reçus de paiement des droits universitaires confirmés par la CBC (Banque chargée de la collecte de ces droits universitaires à l’université de Yaoundé II), le recteur informe les étudiants de son institution (anciens et nouveaux) s’étant déjà soumis à la procédure d’enrôlement en vue de l’obtention de la carte à code biométrique et détenteurs ou non de ladite carte, qu’ils doivent impérativement se rendre à l’unité de l’ingénierie du numérique sis au centre informatique pour le retrait de leur attestation spéciale d’enrôlement qui conditionnera l’accès en salle d’examen au titre des examens du second semestre, a écrit Jean Tabi Manga. Le constat a été fait lors des états financiers, selon un agent en service au contrôle financier de l’université. Les autorités auraient remarqué une différence nette, entre le nombre d’étudiants recensés et la quantité d’argent disponible. Il y a eu un trou de près de 100 millions de FCFA a affirme-t-on du côté de l’administration universitaire. Nous cherchons à savoir, comment cela a été rendu possible a déclaré le recteur Jean Tabi Manga.

Près de 5000 étudiants concernés
Près de 5000 étudiants seraient concernés par ces faux reçus. L’arnaque aurait été effectuée avec la complicité d’un agent de la Commercial Bank of Cameroon (CBC), la banque partenaire de l’université pour la gestion des droits universitaires. Selon un agent de la banque qui s’est prononcé sur le sujet, les étudiants ne seraient pas concernés par l’obtention de ces faux reçus. A la banque, on affirme avoir porté plainte contre X et ouvert une procédure interne. Une opération qui nécessite d’être en possession des reçus des étudiants. L’admission aux examens étant conditionnée par le paiement des droits universitaires, ceux-ci ont été normalement renvoyés à une date ultérieure. Dans un communiqué signé du Pr Victor Emmanuel Bokalli, doyen de la Faculté des sciences politiques et juridiques, les étudiants ont été informés que les examens initialement programmés pour débuter ce mardi 29 juin 2010, ont été reportés au 05 juillet 2010. Une décision qui met de nombreux étudiants en colère. J’étais déjà fin prêt, et là je serai complètement déconcentré en plus il faut aller faire des long rangs pour obtenir une accréditation à composer ce n’est pas notre problème, l’université et la banque pouvaient gérer ça sans nous impliquer, c’est parti encore pour au moins deux semaines, vous verrez, affirme un Jean Onana Ottou, étudiant à la faculté d’économie à Soa.

Des Etudiants
www.aeud.fr)/n

Les examens du deuxième trimestre perturbés
L’administration de l’université a déclaré être elle aussi surprise par la situation. Il y a quelque temps, l’université de Yaoundé II Soa a autorisé l’ouverture de guichet de la CBC sur le campus, dans le but de faciliter les paiements par les étudiants. Nous n’avons aucun moyen d’établir les complicités soit externes soit internes a affirmé le recteur Jean Tabi Manga sur les ondes de la radio nationale. Une consternation partagée par les étudiants. Un étudiant ne peut pas faire un vrai faux document tout seul, sans la complicité d’un agent de l’administration déclare Sophie Awono étudiante en faculté d’économie. Le recteur Tabi Manga a précisé aussi que ces manquements ont été constatés par l’administration de l’université jusqu’ici, à des petits niveaux depuis deux ans déjà. Pour les étudiants, la faute revient à l’administration de l’université qui n’est pas suffisamment organisée. De nombreuses interrogations restent sans réponse sur cette affaire. Il sera déterminant de savoir qui a perçu les sommes détournées et surtout avec quelles complicités. Dans les commentaires de certains responsables, on apprend que le disque dur de l’ordinateur qui pouvait incriminer certaines personnes a disparu. C’est la première fois qu’un tel scandale éclate autour du paiement des droits universitaires au Cameroun. Les observateurs font remarquer que compte tenu de la complexité de la fraude il ne serait pas étonnant que la fraude se soit réalisée à de très haut niveau. Pour l’heure c’est la confusion générale. Le recteur n’a pas clairement indiqué ce qui adviendrait des étudiants possédant de faux reçus. Il y aura une enquête, les autorités compétentes feront le nécessaire pour retrouver les coupables a déclaré Jean Tabi Manga, ajoutant pour conclure que cela prendra le temps que ça prendra, même à décaler les examens.

La banque incriminée


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé