Culture › Livres

Décentralisation: L’état des communes camerounaises de 2007 à 2013 rendu public

La nouvelle carte communale publiée par le Feicom présente les communes et les financements octroyés par l’Etat au cours de la dernière mandature

C’est la plume du premier Ministre, Chef du gouvernement, qui campe le décor. Dans son avant-propos, Philémon Yang restitue la place de la décentralisation dans l’appareil de l’Etat et l’activité gouvernementale. La décentralisation, soutient le préfacier, est un « chantier important» participant des « réformes entreprises en vue de la modernisation de l’Etat en général et de l’institution communale en particulier ». D’où l’arsenal des textes législatifs et réglementaires pris depuis l’inscription de la décentralisation dans la constitution de 1996 et le coup d’accélérateur, donné le 22 juillet 2004, à travers la promulgation de trois lois majeurs par le Président de la République : la loi d’orientation de la décentralisation et les lois portant règles applicables aux communes et aux régions respectivement. Les exécutifs communaux mis en place en juillet 2007 ont ainsi pris du servie dans un environnement en mutation. Mutation des rôles de l’Etat central et des collectivités territoriales, consacrée par les transferts de compétences depuis 2010 et des ressources additionnelles y afférentes, contenues dans la dotation générale de la décentralisation. Mutation également du principal outil de l’Etat destiné au financement des communes : le FEICOM. L’organisme, apprend-t-on dans le mot de son directeur général, Philippe Camille AKOA, a engagé en conséquence la révision de ses mécanismes et instruments de financement des mairies dès 2007, ceci pour rendre les crédits servant aux projets communaux plus accessibles, substantiels et de répartition équitable.

Plus de cent milliards pour les communes
Pour les chiffres, la Carte Communale enseigne que de 2007 à 2012, date initiale de fin du mandat des exécutifs municipaux élus en 2007, l’Etat, par le truchement du FEICOM a financé 1480 projets dans 369 municipalités. Le montant global de l’enveloppe se chiffre à 112 500 177 925 FCFA. Pour le reste, le document offre une cartographie des 14 communautés urbaines et 369 communes que compte le Cameroun. Chacune y est présentée à travers ses données physiques et l’exposé de ses besoins prioritaires, ses activités économiques dominantes ainsi que ses potentialités. Le document bilingue est un condensé de statistiques et d’informations de première main sur le paysage communale, les évolutions du processus de décentralisation et l’Etat du développement local au Cameroun. En plus des chiffres et données générales sur les communes, la carte Communale consigne les principaux textes qui encadrent le processus de décentralisation depuis 1996. En publiant ce document, la banque des communes offre aux chercheurs, acteurs du développement local ainsi qu’au grand public une banque de données fiables et édifiantes sur l’Etat des communes en 2013.


À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut