International › APA

Décès de l’économiste franco-égyptien, Samir Amin

L’économiste franco-égyptien, Samir Amin, est décédé dimanche après-midi à Paris (France) des suites d’un cancer du poumon à l’âge de 86 ans, a appris APA de sources concordantes.« Samir a été évacué de Dakar pour Paris le 31 juillet 2018 pour y être hospitalisé. Samedi il a pu quitter l’hôpital pour revenir dans sa maison où il est resté une heure durant laquelle il a discuté un bout avec son épouse et des amis ! Il est ensuite reparti à l’hôpital où il est décédé ce dimanche 12 août à 16h18 minutes », a écrit sur sa page Facebook l’économiste sénégalais, Cherif Salif Sy,  selon qui un « baobab est tombé ».

Tard dans la soirée, le président du Sénégal, Macky Sall, a dans un communiqué indiqué que « la pensée économique contemporaine perd une de ses illustres figures » à travers la disparition de Samir Amin. Il a de ce fait présenté à la famille du défunt les « condoléances émues » toute la nation sénégalaise.

Amin est né au Caire d’une mère française et d’un père égyptien, tous deux médecins. Il a passé son enfance et son adolescence à Port-Saïd où il a suivi les cours d’une école française et obtenu son baccalauréat (de type français) en 1947.

De 1947 à 1957, il étudie à Paris et décroche un diplôme de sciences politiques à Sciences Po Paris (1952), suivi deux autres diplômes en statistique (1956) et en économie (1957).

Professeur agrégé en sciences économiques, il est l’auteur de plusieurs ouvrages et publications.

Le 3 mars dernier, il avait profité de l’inauguration à Dakar d’une Bibliothèque populaire centrée sur les questions de développement économique, social et environnemental de l’Afrique, pour faire à la nouvelle structure don de sa bibliographie personnelle constituée de quelque 50 livres et de centaines d’articles et documents d’archives.

Depuis longtemps, le fondateur du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) vivait dans la capitale sénégalaise où il donnait fréquemment des conférences sur la mondialisation.

Lors de cette conférence où il a fait don de sa bibliothèque, il déclarait avec d’optimisme, que le changement en Afrique sera enclenché par « l’économie du savoir » parce qu’aujourd’hui « les hégémonies sont remises en cause ».

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé