Opinions › Tribune

Déclaration de la Comicodi sur la répression de l’Upc et sa reconnaissance par François Hollande

Par Comicodi

Déclaration relative à la reconnaissance par Monsieur François Hollande, président de la République française, sur les souffrances infligées au peuple camerounais à travers la répression du mouvement nationaliste indépendantiste.

Lors de sa conférence de presse tenue durant son escale à Yaoundé, monsieur François Hollande, Président de la république française, a pour la première fois clairement reconnu les souffrances infligées au peuple camerounais, à travers la répression barbare que les troupes coloniales et leurs supplétifs locaux, menèrent contre les valeureux, intrépides et admirables dirigeants, militants et sympathisants du mouvement nationaliste incontestablement incarné par l’Upc, Union des populations du Cameroun.

S’il est incontestable que le pays Bassa et le pays Bamiléké subirent les plus sanglantes destructions assimilables au génocide selon la propre définition des nations unies et des conventions internationales y relatives, il est absolument indécent, faux, inapproprié, inopportun et dangereux, de vouloir réduire, voire circonscrire les souffrances du peuple camerounais à ces régions et à leurs ressortissants. C’est dans le sud profond, que le patriote Ossendé Afana fut lâchement assassiné alors qu’il tentait d’ouvrir un front, pour ne citer que cet exemple. Il faut donc éviter d’insulter la mémoire vive et collective de tout le peuple camerounais, par une telle interprétation.

En tout état de cause, la Commission indépendante contre la corruption rappelle avec force et patriotisme, que tous les Camerounaises et Camerounais, du nord au sud et de l’Est à l’Ouest, ont souffert de la répression colonialiste à un moment ou à un autre. Ils ont, tous ensemble sans discrimination, un égal intérêt au progrès du pays, à son développement dans la bonne gouvernance, la démocratie et des élections libres et transparentes.

Il reste néanmoins indéniable, que des compatriotes qui ont vu des têtes coupées, des villages entièrement rasées et brûlées au napalm par les soldats français fous revenus d’Indochine, ont vécu un traumatisme exceptionnel et une expérience particulière.


Droits réservés)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut