Opinions › Tribune

Déclaration du chairman à l’occasion du 20ème anniversaire du Sdf

Elle a été faite le 26 mai à Bamenda dans la région du Nord-Ouest

Membres du Front Social Démocrate (SDF), Amis du SDF,
Camerounais, mes chers compatriotes,

Ce jour, 26 mai 2010, notre Parti, le Front Social Démocrate, a 20 ans! L’occasion est toute indiquée pour féliciter ceux d’entre nous qui ont résisté aux obstructions de tous genres et à l’usure du temps. En cette circonstance historique, je suis fier de vous adresser mes très vives félicitations et vous souhaite à vous tous un merveilleux anniversaire. C’est l’anniversaire de la maturité, cet anniversaire qui nous fait regarder le passé avec satisfaction, et le futur avec espoir et détermination.

En ce jour mémorable, nous ne pouvons pas envisager le futur sans analyser le passé afin d’apprécier dans sa juste mesure la distance que nous avons parcourue. Nous nous souvenons comme si c’était hier, de notre baptême de feu qui nous procure aujourd’hui le courage et la détermination d’affronter un avenir plein de défis encore plus grands que ceux que nous avons relevés il y a vingt ans. J’étais tenté de vous demander si vous êtes prêts à relever ces défis, mais je ne le ferai pas, car je connais déjà la réponse. Je suis sûr que vous êtes plus prêts que jamais et voilà pourquoi vous êtes là aujourd’hui. Ce jour nous rappelle ces moments cruciaux où nous avons arraché la démocratie pluraliste avec les morceaux de la chair d’un régime qui s’y opposait de la vigueur de tous muscles. Ses tenants étaient loin d’imaginer que la détermination des Camerounais déjouerait tous leurs stratagèmes. Dieu merci, pour le peuple de ce pays chéri, nous avons réussi à reconquérir la liberté d’expression. Aujourd’hui, une multitude d’organes de presse expriment la volonté du peuple sans craindre ni les intimidations ni les représailles.

Camarades membres du Sdf; Mes chers Compatriotes,

Permettez-moi, encore une fois, d’avoir une pensée pieuse pour tous ceux qui ont perdu leurs vies en ce jour fatidique, ainsi que ceux qui ont perdu les leurs durant ces vingt dernières années. Au cours de notre lutte pour apporter le changement dans notre pays afin d’en faire un lieu où il fait bon vivre, beaucoup de Camerounais ont été mutilés ou ont eu leurs membres amputés. Beaucoup d’autres en gardent des stigmates physiques et moraux indélébiles. Mais leur sacrifice n’a pas été vain. Nos vingt ans de combat se déclinent autour des points suivants:

ELECAM: une Commission Electorale qui dès sa conception porte les germes de l’échec; le recensement démographique 2005: un recensement dont les résultats ont été minutieusement trafiqués pour servir des desseins occultes; une décentralisation dictée par la mauvaise foi, qui doit être remplacée par un Système fédéral de dévolution de pouvoirs; une Constitution, véritable simulacre de la volonté du peuple camerounais, et dont la volonté profonde n’a jamais été de l’appliquer dans sa totalité;

De ce qui précède, il résulte que la refondation du Cameroun passe inéluctablement par une période de transition au cours de laquelle les Camerounais doivent s’asseoir autour d’une table pour jeter ensemble les fondations d’institutions solides et durables. En ce qui concerne le SDF, cette transition devra durer trois ans, au cours desquels un gouvernement de transition devra organiser une Conférence Constitutionnelle ayant pour missions de débattre et s’accorder sur les points suivants:

La forme de l’Etat, de préférence selon le SDF, la forme fédérale avec un mécanisme efficace de dévolution de pouvoirs;
Une Commission Electorale viable, chargée du processus électoral, depuis les inscriptions sur les listes électorales jusqu’à la proclamation des résultats;
Un système d’inscriptions qui permet à l’électeur d’obtenir sur-le-champ sa carte électorale portant sa photo et son identification officielle, toutes informations qui devront être reportées sur les listes électorales;
Un Code électoral Unique pour le Cameroun, débarrassé de tous les doublons et des dispositions contradictoires;
Un recensement démographique reflétant véritablement la population du Cameroun dans sa totalité et dans toutes ses composantes;
Une nouvelle Constitution reflétant véritablement la volonté populaire adoptée par voie de referendum.

S’il arrivait que le SDF se présente à la présidentielle de 2011, les préoccupations su-évoquées constitueraient l’épine dorsale de son programme et de son message au peuple. Le choix du candidat (de la candidate) du SDF sera forcément conditionné par l’engagement et les aptitudes du postulant à mettre en uvre ledit programme. Ce choix décisif verra le jour lors du prochain Congrès du SDF, qui exhorte tous les autres partis politiques, les organisations de la société civile et tous les autres Camerounais à adopter ce programme de gouvernement de transition de trois ans et de l’accompagner dans sa lutte constante pour le changement qu’il mène depuis 20 ans. Le SDF avait au départ, sur la base de la légalité, boycotté certaines élections nationales, espérant que ce régime ferait un effort pour mettre sur pied des lois consensuelles pour l’organisation des élections, mais au fil des ans, il a plutôt peaufiné sa machinerie de fraudes et intensifié les tripatouillages électoraux.

Puisque les Lois ne reflètent pas les aspirations et les attentes du SDF et de la majorité des Camerounais, nous réitérons notre position qu’aucune élection ne pourra se tenir dans les conditions et la configuration actuelles de la loi électorale.

Je vous souhaite un très heureux vingtième anniversaire!
Pouvoir au Peuple, Vive le SDF,
Que Dieu bénisse le Cameroun!
Merci pour votre bienveillante attention.

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut