Opinions › Tribune

Déclaration relative au sommet de Yaoundé consacré à la lutte contre Boko Haram

Par Shanda Tonme, Président du Comité exécutif provisoire du Fonape

Déclaration relative au Sommet de Yaoundé du 16 février 2015
consacré à la lutte contre Boko Haram

Le 16 février 2015 s’est ténue à Yaoundé, capitale de la République du Cameroun, une session extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Afrique centrale, exclusivement consacrée à la lutte contre la nébuleuse terroriste Boko Haram.

Il faut rappeler que ce groupe de barbares criminels sans foi ni loi, est passé en tête de tous les principaux groupes terroristes répertoriés dans le monde en 2013 et 2014, pour le nombre d’attentats (4500) et le pour le nombre de victimes (11.000), sans compter les dizaines de milliers de familles devenues réfugiées.

Il faut rappeler que le Cameroun, pays qui n’a jamais violé les frontières d’aucun de ses voisins, ni procédé à des expulsions haineuses des étrangers, ni pris l’initiative directement ou indirectement de semer le trouble chez un pays voisin, et encore moins celle de soutenir des groupes sécessionnistes quelconques, se voit aujourd’hui imposée une guerre qui a déjà coûté la vie à des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants, détruit des récoltes, des villages entiers et du bétail, ruiné le tourisme, bloqué le tiers de son territoire, et compromettant gravement ses ambitions de développement à court terme.

Le Conseil national de la Fondation nationale de politique étrangère se félicite vivement de la tenue de cet événement, et exprime ses félicitations et encouragements aux principaux acteurs qui l’ont rendu possible, au premier rang le Chef de l’Etat camerounais et son gouvernement.

Le Conseil observe avec fierté et soulagement, que le sommet de Yaoundé aura été un succès à tous les égards, tant en ce qui concerne la forme qu’en ce qui concerne la substance des travaux. En effet l’événement a connu une préparation digne des grands moments de la diplomatie multilatérale des temps de crise, et s’est conclu sur un catalogue d’engagements, au-delà de simples appels, de simples proclamations et recommandations.

Le Conseil note avec satisfaction, que le sommet a également permis de replacer l’Afrique en général, l’Afrique centrale en particulier, au centre des efforts diplomatiques, militaires et politiques en vue de lutter efficacement contre le terrorisme. Il s’agit à n’en pas douter, d’une belle démonstration de maturité et de responsabilité. Il s’agit encore, d’une réplique salutaire aux initiatives européennes et américaines, en plus d’être au plan purement normatif, conforme aux dispositions des articles 51 et 53 du chapitre VII de la charte de l’ONU qui priorisent les institutions régionales en situation de menace contre la paix et la sécurité internationale.
Le Conseil constate enfin pour s’en féliciter, que le Cameroun vient d’administrer la preuve d’une capacité réelle à mettre en uvre une diplomatie d’urgence, en plus de faire grandir l’espoir que son chef et son gouvernement, entendent bien reprendre à terme, la place pilote qui est celle du pays dans la configuration géopolitique sous régionale, et l’ordonnancement géostratégique globale à l’échelle continentale.

Le Conseil réaffirme ce faisant, la nécessité d’adapter très rapidement l’outil diplomatique aux enjeux du moment, notamment en procédant à un profond redéploiement dans l’administration centrale du ministère des relations extérieures, ainsi que dans les missions à l’étranger, toute chose qui n’a pas été faite depuis plus d’une décennie. Il s’agit d’une condition majeure pour capitaliser et rentabiliser les importants acquis du sommet de Yaoundé./.

Yaoundé, le 18 février 2015

Shanda Tonme
Droits réservés)/n
A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut